12 novembre 2014

La place de l'allaitement dans les formations universitaires

Est-ce que les professionnels de la santé sont adéquatement formés pour offrir du soutien aux mères allaitantes au Québec? Il semblerait qu'il y ait encore du chemin à faire selon un sondage réalisé par le Mouvement allaitement du Québec (MAQ) auprès de 28 programmes universitaires en santé. Si les résultats de ce sondage indiquent un certain intérêt de la part de ces départements à étoffer leur formation en allaitement, il révèle également plusieurs lacunes.

Par exemple, dans leur formation, les dentistes n'abordent aucun des aspects cliniques de l'allaitement évalués par le MAQ, pas même les mécanismes de succion au sein et au biberon. En médecine, plus de la moitié des sujets proposés par le MAQ ne sont pas enseignés ou moins de 5 minutes y sont consacrées. En nutrition et en pharmacie, les aspects cliniques de l'allaitement sont négligés.

Pour arriver à leurs conclusions, l'équipe du MAQ a fait parvenir aux programmes ciblés un sondage électronique composé de 9 questions évaluant la présence de différents éléments théoriques et cliniques portant sur l'allaitement dans la formation des dentistes, des infirmières, des médecins, des nutritionnistes, des pharmaciens, des sages-femmes et des chiropraticiens. Ce sondage n'a donc pas de prétention scientifique, mais fournit de bonnes pistes pour améliorer la formation des professionnels de la santé.

Le MAQ déplore entre autres que la formation en allaitement offerte actuellement aux professionnels soit essentiellement une formation continue dans le milieu de travail. Ce type de formation présente le désavantage d'être inégale d'une région à l'autre et de ne pas rejoindre tous les professionnels concernés.

Des chiffres de Statistiques Canada confirment d'ailleurs la tendance observée par le MAQ : 39 % des infirmières et seulement 9 % des autres professionnels de la santé ont reçu de la formation relativement à l’allaitement en 2007. Une étude parue dernièrement relevait aussi le manque de connaissances en allaitement des médecins.

Selon le MAQ, ces lacunes dans la formation des professionnels ont un impact direct sur l'expérience d'allaitement des mères. Celles-ci sont en effet parfois mal informées par les professionnels ou exposées à des interventions inutiles et même nuisibles. Selon l'organisme, une formation de base initiale offerte à tous les professionnels est donc nécessaire pour assurer que les mères allaitantes reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour atteindre leurs objectifs d'allaitement.

Selon Statistique Canada, en 2011-2012, 89 % des femmes canadiennes ont allaité leur enfant à la naissance. Cependant, pendant la même période, seulement 26 % des mères ont suivi la recommandation d'allaiter exclusivement pendant 6 mois. Parmi les mères qui ont sevré dans les 6 premiers mois, 44 % l'ont fait parce qu'elles croyaient manquer de lait et 18 % ont connu des difficultés à appliquer les techniques d'allaitement.

Pour en savoir plus sur les professionnels et l'allaitement:
Effet de la formation des médecins sur les taux d'allaitement
Comment s'est passé l'allaitement de votre médecin?

Références:
Linda Gionet.(2013) Tendances de l'allaitement au Canada. Statistiques Canada.

Michaud-Létourneau, I., Lauzière, J. (2014) Comment créer des environnements favorables à l'allaitement grâce à la capacité stratégique. Conférence présentée dans le cadre de la journée "De la promotion de l'allaitement à la création d'environnements favorables à l'allaitement" organisé par le Mouvement allaitement du Québec le 10 novembre 2014.

Mouvement allaitement du Québec. (2013) Formation initiale (de base) des professionnelles de la santé - un résumé du travail accompli à ce jour par le comité Formation.

1 commentaire:

  1. Et que dire de la formation des médecins en France où je rencontre 1 à 2 médecins par ans dans mes formations. De plus, ce sont ceux qui en savent le plus qui y viennent.

    RépondreSupprimer