2 avril 2013

Question de la semaine: Comment les protéines du lait de vache peuvent-elles passer dans le lait maternel?

Aujourd'hui, je réponds à la question de Anne-Laure Zilliox: "Comment les protéines de lait de vache passent elles dans le lait maternel?"

On croit qu'un certain nombre de bébés affectés par les coliques connaissent en fait une inflammation de l'intestin causée par une réaction allergique aux protéines du lait de vache. On estime qu'environ 0,5% des bébés allaités exclusivement souffrent de cette condition. Puisque pour développer une allergie, il faut avoir été exposé à l'allergène d'une façon ou d'une autre, on croit donc que certains allergènes alimentaires pourraient être transférés à l'enfant via le lait maternel.

Cela est particulièrement vrai dans le cas des protéines du lait de vache. Par exemple, on peut identifier de l'alpha-S1-caséine bovine dans le colostrum de certaines mères. Par ailleurs, dans une autre étude, on a retrouvé de la beta-lactoglobuline bovine dans le lait de 75 % des mères, une à deux heures après la consommation de lait de vache. Par contre, dans le lait maternel de 15 % des mères, aucune beta-lactoglobuline bovine ne pouvait être détectée. Il semble donc que la consommation de lait de vache ne se traduise pas automatiquement par la présence de ses protéines le lait maternel.

Cependant, on a remarqué que, chez les enfants allergiques au lait de vache, on peut retrouver aussi des anticorps contre de très petites portions de protéines du lait humain. Cela veut donc dire que ces enfants présentent une réaction allergique au lait de leur mère. Les chercheurs croient toutefois que ce phénomène pourrait être en fait une réaction croisée. C'est-à-dire que lorsque le bébé est mis en contact avec des protéines du lait de vache, son système immunitaire se met à produire des anticorps contre celles-ci. Par la suite, puisque certaines protéines du lait maternel sont similaires à quelques protéines du lait de vache, le bébé réagit aux protéines humaines également. Bien entendu, un premier contact avec du lait de vache est nécessaire à cette réaction.

On peut toutefois se demander comment des protéines de lait de vache se retrouvent dans le lait maternel. Il existe malheureusement peu d'information sur le sujet. Il est toutefois possible de proposer certaines théories en se basant sur les connaissances que nous avons sur le passage des médicaments dans le lait.

Dans les premiers jours suivant la naissance du bébé, plusieurs molécules peuvent passer facilement dans le lait puisque les cellules qui séparent le sang de la mère du lait qu'elle produit ne forment pas encore une barrière étanche. Par la suite, lorsque le passage entre les deux liquides se referme, on sait que certains médicaments peuvent tout de même passer du sang vers le lait en traversant les membranes des cellules. Comme les membranes sont constituées de graisses, pour pouvoir traverser, les protéines doivent y être solubles et de petite dimension. Par conséquent, de petites portions de protéines du lait de vache pourraient traverser ainsi dans le lait maternel. On a aussi remarqué que plus une molécule est en grande quantité dans le sang de la mère, plus la concentration sera élevée dans le lait maternel.

C'est ce qui nous amène à nous demander comment des protéines intactes du lait de vache peuvent se retrouver dans le sang de la mère. En effet, normalement, l'intestin est une barrière sélective. En d'autres mots, il laisse passer dans le sang les nutriments digérés mais bloque l'entrée des grosses molécules comme les allergènes. Cependant, il peut arriver que cette barrière soit endommagée et laisse subitement passer des molécules qui ne passent habituellement pas. Ce mauvais fonctionnement de l'intestin, qui est d'ailleurs associé à certaines maladies, pourrait expliquer que certaines mères se retrouvent avec des protéines de lait de vache dans leur lait après avoir consommé des produits laitiers. Par ailleurs, on sait que le bon fonctionnement de l'intestin peut être influencé par l'alimentation et la flore intestinale.

Lorsqu'un bébé semble réagir aux produits laitiers que sa mère consomme, on suggère habituellement à la mère de cesser d'en manger pour environ six mois. Un nouveau traitement encore peu utilisé consiste à administrer à la mère des enzymes brisant les protéines, comme on utilise pour les malades souffrant de fibrose kystique. En digérant plus complètement les protéines du lait de vache, celles-ci risquent moins de se retrouver dans le lait maternel.

Enfin, une nouvelle approche encore peu documentée consisterait à traiter les intestins de la mère pour qu'ils fonctionnent mieux et ne laissent plus passer des protéines entières dans le sang. Cela peut se faire entre autre par des modifications de l'alimentation de la mère.

En conclusion, chez certaines mères, des protéines du lait de vache peuvent se rendre dans le lait maternel et causer de l'inconfort chez un bébé susceptible aux allergies. Heureusement, il existe des stratégies pour soulager le bébé tout en continuant l'allaitement.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:


Walker, Marsha (2010). Breastfeeding Management For The Clinician: Using The Evidence. Jones & Bartlett Learning. Kindle Edition.

Greer FR, Sicherer SH, Burks AW; American Academy of Pediatrics Committee on Nutrition; American Academy of Pediatrics Section on Allergy and Immunology. (2008)
Effects of early nutritional interventions on the development of atopic disease in infants and children: the role of maternal dietary restriction, breastfeeding, timing of introduction of complementary foods, and hydrolyzed formulas. Pediatrics. 121(1):183-91. doi: 10.1542/peds.2007-3022.

Järvinen KM, Geller L, Bencharitiwong R, Sampson HA. Presence of functional, autoreactive human milk-specific IgE in infants with cow's milk allergy. Clin Exp Allergy. 2012 Feb;42(2):238-47. doi: 10.1111/j.1365-2222.2011.03864.x. Epub 2011 Sep 21.

Denis M, Loras-Duclaux I, Lachaux A. (2012)
Sensibilisation et allergie aux protéines du lait de vache chez l’enfant allaité. Arch Pediatr. 19(3):305-12. doi: 10.1016/j.arcped.2011.12.002. Epub 2012 Jan 4.

Coscia A, Orrù S, Di Nicola P, Giuliani F, Varalda A, Peila C, Fabris C, Conti A, Bertino E. (2012)
Detection of cow's milk proteins and minor components in human milk using proteomics techniques. J Matern Fetal Neonatal Med. 25 Suppl 4:54-6. doi: 10.3109/14767058.2012.715015.

Sorva R, Mäkinen-Kiljunen S, Juntunen-Backman K. Beta-lactoglobulin secretion in human milk varies widely after cow's milk ingestion in mothers of infants with cow's milk allergy. J Allergy Clin Immunol. 1994 Apr;93(4):787-92.

Hale, T. H. (2012). Medications and Mothers’ Milk. Amarillo: Hale Publishing


Riordan, J., & Wambach, K. (2010). Breastfeeding and Human Lactation (4th ed.). Sudbury: Jones and Bartlett.

Businco L, Bruno G, Giampietro PG. (1999) Prevention and management of food allergy.
Acta Paediatr Suppl. 88(430):104-9.
 Ulluwishewa D, Anderson RC, McNabb WC, Moughan PJ, Wells JM, Roy NC. (2011) Regulation of tight junction permeability by intestinal bacteria and dietary components. J Nutr. 141(5):769-76. doi: 10.3945/jn.110.135657. Epub 2011 Mar 23. 

16 commentaires:

  1. Avez-vous plus d'informations sur les modifications alimentaires qu,on suggère aux mères de fait pour leur intestins ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon les partisants de cette approche, l'inflammation et le stress oxydatif seraient les principales causes d'un intestin trop perméable. On suggère donc les aliments qui peuvent diminuer l'inflammation et l'oxydation comme les antioxydants, les fibres alimentaires et certains aliments qui favorisent une bonne santé des muqueuses comme ceux riches en glutamine ou glucosamine. De plus, comme une bonne flore intestinale contribue à la santé de l'intestin, les probiotiques seraient aussi suggérés. Enfin, on évitera les aliments irritants pour le système digestif.

      Supprimer
  2. Très intéressant ! il est dommage que les études ne s'intéressent qu'aux protéines de lait parce qu'à priori, toutes les grosses protéines allergisantes passent dans le lait, en quantité variable selon les mères. Je l'ai expérimenté personnellement avec mon fils, polyallergique qui a développé la majorité de ses allergies via mon lait (gluten, lait, soja, noix, sésame etc)..Il a cependant été allaité longtemps mais avec un régime d'éviction pour moi. J'espère que, les allergies alimentaires se développant, il y a aura plus d'études sur ce phénomène et notamment la prévention dont vous parlez (améliorer la perméabilité intestinale).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce billet, je me suis concentrée sur les allergènes du lait de vache mais certaines études ont démontré la présence d'autres allergènes comme les protéines des oeufs ou des arachides. La réaction face à allergène peut varier d'un enfant à l'autre. Espérons en effet que de nouvelles études pourront faciliter la gestion des allergies pour les mères allaitantes.

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Très intéressant, mais moi aussi j'aimerais en savoir davantage sur les autres intolérances. J'allaite actuellement mon fils qui semble intolérant aux protéines bovines, au soya et au poulet et je ne trouve que très peu d'information à ce sujet.
      Merci

      Supprimer
    3. En fait, le mécanisme est à peu près le même pour différents allergènes. On ne sait pas vraiment pourquoi un enfant réagit à un aliment en particulier mais pas à un autre. On sait toutefois qu'il existe des allergies croisées entre certains allergènes. Par exemple, les bébés allergiques au lait sont souvent allergiques au soya. Cela serait dû au fait que certaines protéines (ou portion de protéine) sont similaires dans les deux aliments alors quand le système immunitaire de l'enfant réagit à l'une, il réagit aussi à l'autre.

      Supprimer
  3. Merci pour ces informations ! Je n'allaite plus mon fils mais nous avons été confrontés à ce problème d'allergie et la première réaction du pédiatre a été : "vous allaitez, donc ça ne peut pas être une allergie aux protéines de lait de vache" Il a quand même du se rendre à l'évidence devant les symptômes...
    Un cas ne fait pas une généralité mais sous régime d'éviction pour mon fils, j'ai constaté une nette amélioration de mes propres problèmes digestifs. Problèmes qui reviennent depuis que je reconsomme des produits laitiers... Donc article très intéressant pour moi, merci !

    RépondreSupprimer
  4. Intéressant !

    Et pour poursuivre le débat, confirmes - tu cette information :
    Les enfants allergiques aux PLV sont TOUS des enfants allaités en mixte. Ce serait l'alternance sein / lait en poudre qui favoriserait la sensibilisation. Je n'en avais jamais entendu parler avant que je ne découvre une intolérance chez ma pépette et que je me documente.

    Ca te parle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une affirmation fausse. On sait que 0.5% des enfants allaités exclusivement développent une allergie aux PLV. En effet, pour certains bébés plus susceptibles, les petites quantités se retrouvant dans le lait de leur mère sont suffisantes pour les sensibiliser.
      Ceci étant dit, un enfant allaité en mixte a plus de risques de développer une telle allergie puisqu'il est exposé à une plus grande quantité de PLV.

      Supprimer
    2. Faux ! Ma fille IouAPLV a eu ses premiers symptômes dès la maternité, bien avant que j'introduise quelques biberons de lait artificiel. Que j'ai vite retiré d'ailleurs, quand on a compris d'où venait ses maux !!

      Pour mes jumeaux à naitre, j'ai commencé l'éviction des plv en avance, pour que mon lait soit "propre" de toute trace de plv à leur naissance.

      Reste la question à savoir si ils peuvent déjà en avoir souffert pendant la grossesse... Malheureusement je crois que personne ne s'est encore penchée la question, d'après mon pédiatre allergologue "tout le monde s'en fou".

      Supprimer
    3. Mon fils est APLV et n'a eu qu'un ou deux biberons de lait maternisé à la naissance (biberons que je regrette car ils m'ont quand même mis le doute sur son allergie)

      Je me suis achetée le livre "Allergies alimentaires chez l'enfant" des Dr Rancé et Bidat mais il n'y a malheureusement rien sur le régime alimentaire des mamans allaitantes des petits allergiques. Bien dommage, j'aurais aimé avoir des alternatives au régime d'éviction, car étant végétarienne, j'ai fini par reconsommer de la viande car un régime végétalien c'est pas rigolo du tout !

      Supprimer
    4. C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de ressources pour les mères dans cette situation. Une nutritionniste qui se connaît en allaitement peut parfois aider.

      Supprimer
    5. Pour répondre à Nilo, il y a des études qui s'intéressent à la sensibilisation in utero mais elles ne sont pas concluantes et du coup le consensus international est que l'éviction pendant la grossesse et l'allaitement n'est pas recommandée, notamment en absence de symptômes... cela dit, à Necker, centre de l'allergie en France, certaines mamans enceintes de BB2, sont mises en éviction aux moins des PLV au 3ème trimestre et on leur conseille de probiotiques. Moi je suis en éviction depuis 4,5 ans (à cause du 1er et mes allergies plu/gluten découverte à cette occasion) et là BB2 va commencer sa diversification, on va voir...
      Et pour Fraisouille, si tu ne peux pas manger de soja, c'est clair que la viande est indispensable surtout si pas d'oeuf. Comme le dit Kathleen voire une nutritionniste intelligente (qui ne va pas dire de sevrer, j'en connais à Paris, France)

      Supprimer
  5. Bonjour

    Voilà un article qui fait écho à mon vécu !
    Bien qu'allaitées, mes deux filles régurgitaient énormément (ce ne sont pas des jumelles, elles ont 17 mois d'écart)... nous avions très rapidement corrélé ces régurgitations à ma consommation de lait de vache et éradiqué ce lait de mon alimentation, au moins jusqu'à leur diversification...
    Au moment de la grossesse de mon 3°, on a découvert que j'avais une intolérance alimentaire extrêmement forte pour la caséine... ce qui signifie que la caséine dégrade ma flore intestinale et donc la paroi intestinale... je suis donc un régime d'éviction presque totale et je prends des probiotiques depuis cette découverte... bizarrement, mon 3° a fait autant de trop-pleins que ses soeurs, mais n'a jamais régurgité !
    Il est intéressant de voir que les découvertes avancent dans ce domaine !

    RépondreSupprimer
  6. Bien contente de tomber sur ce genre d'info ! Nous avons été confronté à des réactions navrantes de la part de pédiatres et d'experts en dermato lorsque mon bébé a réagit aux protéines du lait de vache en développant un eczema sec et suintant + RGO à distance des tétées+ pleurs fréquents, avec allaitement exclusif pdt 5 mois. C' est au bout de quelques semaines d'eviction de tout produit laitiers que son état s'améliorait. Des tests cutanés d'abords negatifs puis positifs un mois plus tard, ont bien confirmé son APLV. Avec un lait BB modilac riz , son eczema a quasi totalement disparu très vite. Quel manque de formation auprès des professionels !!!!!! Il y a de quoi être en colère car tous se moquaient de mes soupçons ...

    RépondreSupprimer
  7. le regime est celui du docteur natacha campbell pour les personnes gaps, il concerne la permeabilité intestinale chez la mere, nous sommes a 80% concerné a cause de notre alimentation moderne. bon courage

    RépondreSupprimer