29 octobre 2014

Les enfants et l'indice de bonheur

Avoir des enfants rend-il heureux? C'est la question à un million de dollars. Déjà, j'entends certains d'entre vous déchirer leur chemise, prêts à se battre pour leur droit de ne pas avoir d'enfants ou, au contraire, pour déplorer que notre société vieillissante ne soit pas plus folle de ses enfants. Cependant, prenons tous une grande respiration. Une étude propose une réponse surprenante : ça dépend...

Bon, pour être totalement honnête avec vous, les chercheurs n'ont pas vraiment publié une conclusion comme ça dépend. Par contre, lorsqu'on s'intéresse à leurs résultats plus en détail, on comprend que le lien entre le bonheur et les enfants est vraiment influencé par le contexte entourant leur arrivée.

Par exemple, les scientifiques ont noté qu'un premier enfant augmentait beaucoup le niveau de bonheur de leurs parents l'année précédant la naissance et l'année suivante. Par la suite, le niveau de bonheur revenait à la normale. Le fait que le bonheur s'accroit avant même que le bébé ait montré le bout de son nez indiquerait que les parents réalisent les implications d'avoir un enfant. Ils sentent qu'ils forment une équipe. Ils font des projets d'avenir. Vous savez... la nouvelle maison, la balançoire dans la cour, le chien...

Le même phénomène est observable pour un deuxième enfant, mais l'effet est toutefois deux fois moins fort. Et pour un troisième? Plus rien. L'augmentation de bonheur serait négligeable selon les chercheurs. Est-ce que cela signifie que les troisièmes sont des mal-aimés? Mais, non! Seulement que la nouveauté a passé. L'excitation n'est plus là.

L'âge auquel on a des enfants peut cependant tout changer. Les parents plus âgés, c'est-à-dire entre 35 et 49 ans, sont ceux dont le bonheur s'accentue le plus avec l'arrivée d'un premier bébé. Même après, leur niveau de bonheur demeure plus élevé. Chez les 23 à 34 ans, le bonheur finit par redescendre après quelques années, parfois même sous le niveau de départ. Enfin, pour les parents adolescents, le niveau de bonheur diminue constamment et n'augmente même pas dans l'année entourant la naissance.

Oui, je sais. Je vous entend dire « On n'avait pas besoin d'une étude pour savoir ça! » Cependant, je crois qu'on a parfois besoin de se faire rappeler de grandes évidences. Peut-être que le secret du bonheur c'est de comprendre que souvent « ça dépend »...

Pour en savoir plus sur la transition vers la parentalité:
Les enfants sont-ils le secret du bonheur?
L'apprentissage du rôle de parent

Sources:
Mikko Myrskylä, Rachel Margolis. Happiness: Before and After the Kids. Demography, 2014; 51 (5): 1843

London School of Economics (LSE). (2014, 28 octobre). Does having children make us any happier?. ScienceDaily. (communiqué)

1 commentaire:

  1. Peut-être que c'est simplement une question de choix de terme, mais personnellement, je ne crois pas qu'avoir des enfants peut réellement "rendre heureux". Il m'a fallu une dépression pour le comprendre. Au bout du compte, c'est à la personne concernée de porter la responsabilité d'être heureux. Ma fille n'a pas à porter le poids de cette responsabilité. Mon bonheur ne dépend pas d'elle. Je suis heureuse de l'avoir dans ma vie, et ça, c'est moi qui en suit responsable. (Attention, une nuance importante à faire : Je ne suis surtout pas en train de dire que les gens qui font une dépression devraient se débrouiller tout seuls; en fait, je pense le contraire! Une personne qui est en dépression a besoin de beaucoup d'aide, de la part de plein de sources différentes (famille, amis, professionnels, milieu du travail, etc.). Mais au bout du compte, c'est quand même la personne concernée qui doit faire des efforts pour aller mieux; personne ne peut le faire pour elle.)

    RépondreSupprimer