18 mars 2015

Café, famille, pyjama et économie: revue de presse du 18 mars

Un petit café, mon coco?
Le Boston Medical Center fait état d'une nouvelle étude sur la consommation de café par les tout-petits. Leurs résultats indiquent que 15 % des petits bostonnais de moins de 2 ans boiraient 4 onces de café par jour. Cette habitude serait plus fréquente dans les familles hispaniques. Par ailleurs, d'autres recherches auraient démontré que la consommation de café par les jeunes enfants est observée au Cambodge, en Australie et en Éthiopie. Les scientifiques proposent maintenant d'étudier plus attentivement les effets que cela pourrait avoir sur les enfants, en particulier relativement à l'obésité.
Coffee Consumption by Infants, Toddlers Not Uncommon In Boston

Peu importe le modèle familial…
Dans un article publié dans The Independant, la journaliste Emily Dugan aborde l'influence des différents types de famille sur le développement de l'enfant. Trente-cinq ans de recherche révèlent qu'une famille aimante et procurant de la sécurité à un enfant est le facteur le plus important pour que celui-ci atteigne son plein potentiel. Cela est vrai, peu importe que la famille soit composée d'un seul parent ou de deux parents, de même sexe ou de sexe différent. Selon la journaliste, ces résultats devraient contribuer à mettre fin aux préjugés au sujet des familles non traditionnelles.
Supportive families help children to flourish ‘no matter what their structure’

Prématurés: victimes de la mode?
La façon dont on habille les bébés prématurés serait plus importante qu'on le croit, selon les résultats d'une étude rapportée par le site Sciences et Avenir. Les bébés qu'on place dans une gigoteuse pourraient connaître plus de stress, car leurs mouvements sont limités, croient des chercheurs. Difficile en effet pour un bébé d'à peine 2 kg de bouger avec le poids de ce vêtement. Au contraire, les bébés vêtus d'un pyjama et emmaillotés dans une couverture légère bougeaient davantage leurs bras. Cela leur permettrait de faire des gestes de confort comme porter leur main à leur visage et diminuerait ainsi leur niveau de stress.
Body et turbulette : l'habillement compte pour le bébé prématuré

Les sages-femmes et l’économie québécoise
Petit clin d'œil à la périnatalité en économie dans L'actualité. Selon l'Institut des générations, accroître le nombre de sages-femmes constituerait une mesure intéressante pour diminuer les coûts en santé. L'Institut a inclut cette idée dans son budget des jeunes.
Finances publiques : si les jeunes étaient au pouvoir

La semaine dernière :
1000 jours, matière blanche et bébé-surprise

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire