16 février 2015

Quand bébé est pressé de se montrer le bout du nez

« Ce bébé était pressé de sortir! » entend-on parfois lorsqu'un enfant voit le jour prématurément. Cette expression populaire n'est peut-être pas loin de la réalité, croient des chercheurs américains. Les résultats de leurs recherches indiqueraient en effet que certains bébés sont prédisposés génétiquement à naître avant leur temps.

Pour arriver à ces résultats, les scientifiques ont analysé l'ADN de 1801 bébés et de leur mère. Ils ont alors remarqué que chez certains nourrissons, des sections de gènes pouvaient se retrouver en double ou au contraire être carrément manquantes. Lorsque c'était le cas, les bébés avaient entre 2 et 11 fois plus de risque de naître prématurément. La présence de ces particularités dans l'ADN des mères n'affectait toutefois pas le taux d'accouchement prématuré.

Selon les chercheurs, ces différences dans les gènes de l'enfant ne causeraient pas directement des accouchements avant terme. Cependant, ces bébés pourraient être plus sensibles aux infections et aux facteurs environnementaux qui peuvent déclencher une naissance précoce. Ces résultats pourraient donc expliquer certains cas de prématurité où aucune cause en particulier ne peut être identifiée, croient les scientifiques. Cela fournirait aussi une explication à l'échec de certains traitements pour prévenir le déclenchement du travail, comme ceux à base de progestérone qui ne fonctionnent que dans le tiers des grossesses.

Certains d'entre vous se demandent peut-être quelle est l'utilité de ce genre d'étude. Les parents ont en effet bien peu de pouvoir sur les gènes de leurs enfants. Les scientifiques espèrent en fait mettre au point des tests de détection qui pourraient être utilisés pour identifier les bébés à risque et possiblement éviter certains accouchements prématurés.

Jusqu'à tout récemment, on croyait que les naissances avant terme étaient principalement un problème maternel. Bon nombre de mères ont malheureusement tendance à se blâmer pour l'arrivée trop rapide de leur enfant et à chercher l'erreur qu'elles auraient pu commettre pendant leur grossesse. Inutile de mentionner que ces sentiments de culpabilité sont une grande source de chagrin pour elles. Les résultats de cette étude ont donc le mérite de montrer que la génétique du bébé est parfois responsable de la situation et pourront peut-être apaiser les parents qui doivent composer avec la prématurité.

- Ce billet a également été publié sur le site de l'Agence Science-Presse.


Sources:
University of Alabama at Birmingham. (2015, February 2). Baby's genes, not mom's, may trigger some preterm births. ScienceDaily. Consulté le 16 février 2015.

Joseph Biggio, Feifei Xiao, Don Baldwin, Radek Bukowski, Samuel Parry, M. Esplin, William Andrews, George Saade, Michael Varner, Yoel Sadovsky, Uma Reddy, John Ilekis, Heping Zhang. (2015) Neonatal, not maternal, copy number variants are associated with spontaneous preterm birth. American Journal of Obstetrics & Gynecology Supplement to JANUARY 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire