24 juillet 2013

Irradié, votre lait maternel?

Avec l'arrivée prochaine de la banque de lait maternel au Québec, plusieurs s'interrogent sur la sécurité d'un tel système. Cependant, les risques de contamination lors d'un don de lait sont minimes puisque la plupart des banques dans le monde pasteurise le lait avant de l'offrir aux prématurés. Le hic avec la pasteurisation, c'est que cette méthode de stérilisation détruit aussi plusieurs composantes très utiles du lait maternel. Une équipe de chercheurs australiens et suisses propose donc une nouvelle méthode pour stériliser le lait: l'irradiation avec des rayons ultraviolets.

En exposant le lait maternel à des rayons UV, les chercheurs ont réussi à réduire par 100 000 à un million de fois la quantité de microorganismes se trouvant dans le lait maternel. Cette diminution est tout-à-fait comparable à celle observée suite à la pasteurisation du lait à 62,5 degré Celsius pendant 30 minutes.

Toutefois, pour arriver ces résultats, les chercheurs ont dû raffiner la technique d'irradiation. Les rayons UV, en particulier de type C (250 à 270 nm) peuvent en effet détruire les bactéries, les virus, les protozoaires, les levures, les moisissures et les algues. Cependant, le problème avec cette technologie est que les rayons UVC ont une très faible capacité pour pénétrer les liquides. Il est donc difficile de tuer tous les microorganismes se trouvant dans une quantité raisonnable de lait. Pour cette raison, les rayons UV sont généralement utilisés pour la désinfection de surface.

Pour pallier à ce problème, les chercheurs ont donc mis au point une technique permettant de s'assurer que la totalité du liquide soit éventuellement exposée aux UV pendant le traitement. Pour ce faire, ils ont choisi de faire agiter le lait à une vitesse de 500 tours par minute. Ils ont ensuite inséré une lampe à UVC dans le lait. Grâce à cette agitation, tout le lait a pu être traité par les rayons UV.

L'intérêt particulier de cette technique est qu'elle permet de conserver l'activité de plusieurs enzymes essentielles se trouvant dans le lait maternel. Par exemple, la lipase stimulée par les sels biliaires est habituellement détruite lors de la pasteurisation. Cela est problématique puisque cette enzyme joue un rôle important dans la digestion des gras du lait maternel. On a d'ailleurs remarqué que les bébés prématurés recevant du lait maternel non-pasteurisé ont une meilleure croissance que ceux qui reçoivent du lait pasteurisé, possiblement en raison de la présence de cette lipase.

En conclusion, cette nouvelle technique de stérilisation du lait maternel semble prometteuse puisqu'elle permet de stériliser le lait selon les standards des banques de lait tout en conservant davantage ses propriétés bénéfiques. Lorsqu'on sait que certaines molécules immunitaires comme la lactoferrine sont détruites par la pasteurisation, il devient particulièrement intéressant de continuer d'étudier cette nouvelle méthode pour l'utiliser un jour dans le traitement du lait de donneuses.

Un merci particulier à Carole Dobrich pour avoir attirer mon attention sur cette nouvelle étude.

Pour en savoir plus sur la pasteurisation du lait:
Impact de la pasteurisation sur le lait maternel

Référence:
Christen L, Lai CT, Hartmann B, Hartmann PE, Geddes DT (2013) Ultraviolet-C Irradiation: A Novel Pasteurization Method for Donor Human Milk. PLoS ONE 8(6): e68120. doi:10.1371/journal.pone.0068120

2 commentaires:

  1. faire bénéficier des enfants privés de lait maternel à travers l'idée de la banque de LM : un atout dont les générations précédentes ont été privées ou plutôt ait été réservé à un cercle très limité (maman allaite l'enfant de sa soeur, voisine ...)
    prendre un enfant (qui n'est pas le sien) dans ses bras et le nourrir si tendrement : quelle belle expérience! aucune maman ne pourrait l'oublier, pourra t-elle le considérer comme son propre enfant? l'appellera t-il un jour "Maman"?...
    certes, l'idée de la banque permet d'agrandir le cercle et d'en faire bénéficier plusieurs ;

    Mais scientifiquement parlant : un enfant ainsi nourri n'hérite rien de la maman donneuse?? n'y a t il pas un danger à se retrouver avec une génération et plus précisément des couples ayant tété le même lait maternel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À ce jour, il n'y a pas de données laissant supposer que cela pourrait être le cas.

      Supprimer