31 mai 2013

Votre bébé ne fait pas ses nuits? C'est génétique!

Qui n'a pas entendu le fameux "Madame, à son âge, votre bébé devrait faire ses nuits" de la part du médecin ou le traditionnel "Moi, mon bébé dormait 12 heures ininterrompues à 2 semaines" de la voisine? De quoi faire sentir la plupart d'entre nous profondément incompétents! Cependant, parents épuisés et incompris, réjouissez-vous! La science vient à votre rescousse en émettant l'hypothèse que la durée du sommeil de nuit chez les bébés serait déterminée génétiquement.

Une équipe de chercheurs du Québec vient en effet de publier une étude qui se penche sur l'impact de la génétique et de l'environnement sur le sommeil des jeunes enfants. Pour élucider cette question, les chercheurs ont analysés des couples de jumeaux identiques et non-identiques. Comme les jumeaux identiques ont exactement les mêmes gènes, leur étude permet de déterminer l'importance de l'hérédité pour un comportement en particulier, le sommeil nocturne par exemple.

Les chercheurs ont ainsi remarqué qu'à 6 mois, 30 mois et 48 mois, le facteur le plus important pour déterminer la durée du sommeil de nuit était l'hérédité. Au contraire, lorsque les chercheurs analysaient le sommeil de jour à 18 mois, 30 mois et 48 mois, l'environnement avait un impact plus important.

Fait intéressant, l'étude a toutefois démontré que la durée du sommeil nocturne à 18 mois était majoritairement influencée par l'environnement. Selon les chercheurs, il s'agirait donc d'une fenêtre critique où il serait possible d'intervenir pour favoriser un bon apprentissage du sommeil.

Les chercheurs ont également tenté d'établir comment évoluait le sommeil chez l'enfant, de 6 mois à 48 mois. Ils ont ainsi observé quatre cheminements. La majorité des enfants avaient une durée de sommeil plutôt constante à partir de 18 mois et se trouvaient soit dans le groupe "11 heures de sommeil" (42,8 %), soit dans le groupe "10 heures de sommeil" (47,68 %). Cependant, un petit nombre d'enfants (4,9 %) avait une courte durée de sommeil persistante et un autre petit groupe (4,6 %) expérimentait une augmentation de la durée du sommeil nocturne autour de l'âge de 30 mois.

L'étude de l'évolution du sommeil chez les enfants permet de tirer certaines conclusions selon les auteurs. Par exemple, pour les enfants qui font partie du groupe ayant une courte durée de sommeil persistante, les auteurs croient que ceux-ci sont plus fortement influencés par leur hérédité. Par contre, pour les enfants dont la durée du sommeil nocturne augmente soudainement, il serait possible que ceux-ci avaient une prédisposition génétique pour dormir davantage mais que l'environnement les empêchait de réaliser ce potentiel de sommeil.

Par conséquent, même si la durée du sommeil nocturne est en grande partie dictée par l'hérédité, cela ne signifie pas que de bonnes habitudes de sommeil sont superflues. Au contraire, un bon environnement permettra à l'enfant d'atteindre son potentiel optimal de sommeil.

Cependant, ce que cette étude nous apprend, c'est que certains enfants dorment naturellement moins que d'autres. Par conséquent, il est faux de prétendre que tous les bébés sont capables de faire leur nuit à un âge précis ou qu'une méthode d'entraînement au sommeil fonctionne pour tous les enfants. Enfin, cette étude démontre clairement que les parents ne sont pas nécessairement responsables des troubles de sommeil de leur enfant.

Pour en savoir plus sur le sommeil des bébés: 
Le sommeil et l'attachement chez les prématurés
À propos de l'étude recommandant de laisser pleurer son bébé...
Les méthodes d'entraînement au sommeil sous la loupe

Référence:
E. Touchette, G. Dionne, N. Forget-Dubois, D. Petit, D. Pérusse, B. Falissard, R. E. Tremblay, M. Boivin and J. Y. Montplaisir (2013) Genetic and Environmental Influences on Daytime and Nighttime Sleep Duration in Early Childhood. Pediatrics; published ahead of print May 27, 2013, doi:10.1542/peds.2012-2284.

3 commentaires:

  1. Aaaaaah ! Comme c'est bon de lire ça, ce matin !

    J'en suis venue à dire à la blague, en réponse à toutes les exclamations de mon entourage, que ma grande de 30 mois fait très bien "ses" nuits. Elle ne fait juste pas "mes" nuits !

    Et, ne le dites à personne, mais au fil des mois, j'en suis venue à aimer les petites tétées câlines nocturnes, précédées du son des petits pas qui arrivent dans la chambre.

    RépondreSupprimer
  2. Je serais très curieuse de connaître les conditions de sommeil des enfants étudiés. Personnellement, ça me semble assez jeune 18 mois pour faire 11 hres en ligne. Étaient-ils allaités à la demande, dormaient-il avec leur mère, etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bon point. Le type d'alimentation de même que l'arrangement de sommeil (des facteurs environnementaux en fait) pourraient en effet affecter la durée du sommeil nocturne. Cela n'est malheureusement pas analysé dans l'étude.

      Supprimer