11 janvier 2013

Le sommeil et l'attachement chez les prématurés

Les enfants nés prématurément ont plus de risques de connaître plus tard des problèmes sociaux ou émotifs. Toutefois, à ce jour, on ne connait pas encore les mécanismes expliquant cette malencontreuse association. Des chercheurs américains ont donc tenté d'établir si le sommeil des prématurés pourrait être un facteur expliquant leur développement socio-émotif.

Selon les informations disponibles sur le site du Infant Mental Health Journal, les chercheurs ont étudié 171 nourrissons nés prématurément. Pour ce faire, ils ont demandé aux parents de décrire le sommeil de leur bébé. L'équipe de recherche a ensuite évalué la qualité du lien d'attachement entre l'enfant et ses parents.

Les chercheurs ont ainsi remarqué que les enfants qui dormaient davantage le jour et dont les parents répondaient d'une façon plus positive à leurs besoins avaient un attachement plus sécuritaire avec leurs parents. Par ailleurs, les patterns de sommeil de nuit ne semblaient pas avoir d'impact sur la relation d'attachement.

Les chercheurs concluent donc que le sommeil de jour et la qualité de la réponse parentale seraient des facteurs importants au développement de la relation d'attachement.

Ces résultats ne sont pas surprenants puisque des études ont déjà démontré que les interactions sociales affectent et sont affectées par les patterns d'éveil-sommeil chez les enfants prématurés. Par exemple, certaines mères sont très conscientes des cycles de sommeil de leur bébé et vont se baser sur ceux-ci pour interagir ou non avec lui. Une autre étude a, elle, démontré qu'une plus grande stimulation tactile chez les prématurés était associée à plus de sommeil.

Par ailleurs, le fait que le sommeil de jour a plus d'impact pourrait s'expliquer par le fait que la majorité des interactions entre un bébé et ses parents se font le jour. Toutefois, les données disponibles sur le site du Infant Mental Health Journal ne permettent pas de déterminer si la quantité de sommeil de jour et la qualité des soins parentaux étaient reliées ou s'il s'agissait de deux facteurs indépendants.

On savait déjà que le développement du cerveau a un impact important sur les cycles de sommeil et que, par conséquent, à mesure que le cerveau acquiert plus de maturité, le sommeil des bébés prématurés évolue. L'étude dont il est question aujourd'hui semble donc démontrer que cette évolution pourrait avoir un impact important sur le développement socio-émotif de l'enfant.

Références:
A.J. Schwichtenberg1, Prachi E. Shah, Julie Poehlmann. (2013) Sleep and Attachment in Preterm Infants. Infant Mental Health Journal, Volume 34, Issue 1, pages 37–46.

Holditch-Davis D. (2010) Development of sleep and sleep problems in preterm infants. Rev ed. In: Tremblay RE, Barr RG, Peters RdeV, Boivin M, eds. Encyclopedia on Early Childhood Development [online]. Montreal, Quebec: Centre of Excellence for Early Childhood Development; 2010:1-8. Available at: http://www.child-encyclopedia.com/documents/Holditch-DavisANGxp_rev.pdf. Consulté le 10 janvier 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire