2 janvier 2013

Question de la semaine: Est-il bon qu'un bébé soit exposé aux microbes?

Aujourd'hui, je réponds à la question d'Elena Gory: "Quels sont les facteurs qui influencent le développement du système immunitaire? Est-ce bon que les bébés soient exposés aux microbes ou faut-il les en protéger à tout prix?"

Cellules immunitaires attaquant une bactérie
La maturation du système immunitaire d'un bébé est très complexe. Pendant la gestation, son activité est diminuée pour éviter des conséquences désastreuses pour la mère et la grossesse. En effet, un système de défense trop actif à cette étape pourrait causer une fausse couche ou du travail précoce. Pour cette raison, au moment de la naissance, le système immunitaire de l'enfant n'est pas encore complètement actif ni totalement développé.

Ainsi, les muqueuses et les barrières épithéliales se trouvant dans les voies digestives et respiratoires ne sont pas parfaitement imperméables et peuvent donc laisser pénétrer des microbes. De la même façon, les sécrétions d'acides gastriques ou de substances protectrices pouvant attaquer les microorganismes ne sont pas complètement au point, ce qui rend l'enfant plus vulnérable aux infections.

Par ailleurs, on sait que certaines cellules du système immunitaire sont moins nombreuses et moins efficaces. De plus, les molécules permettant aux cellules de communiquer entre elles sont moins abondantes, tout comme les niveaux d'anticorps se trouvant dans le sang et dans les autres liquides biologiques comme la salive ou le mucus.

Par conséquent, pour que le bébé devienne un enfant puis un adulte capable de résister aux infections, il est primordial que le développement du système immunitaire continue de se poursuivre de façon optimale. En effet, une maturation inadéquate du système immunitaire peut mener plus tard à des problèmes comme les allergies de même qu'à une moins bonne capacité à développer une mémoire immunologique, c'est-à-dire la capacité de réagir plus efficacement lors de la deuxième rencontre d'un même microbe.

Bien sûr, l'environnement microbiologique jouera un rôle important sur le développement du système immunitaire. En particulier, le type de bactéries peuplant le tube digestif et les voies respiratoires du bébé est un facteur très important. On croit par exemple que l'impact du type d'accouchement sur la flore microbienne pourrait prédisposer certains bébés à l'asthme

Il semble aussi que les infections vécues par le nouveau-né aient un rôle à jouer. En effet, lorsqu'un bébé est infecté par un microbe, celui-ci réagit par l'activation du processus d'inflammation. Celui-ci, en particulier dans les jours suivants la naissance, pourrait alors avoir des effets à long terme sur la santé du bébé. Quoiqu'il n'est pas encore clair si ces effets sur le développement du système immunitaire seront négatifs ou positifs, la plupart des chercheurs s'entendent sur le fait que l'inflammation vécue en période périnatale est rarement bénéfique.

D'un autre côté, on sait que le manque d'exposition à des stimuli immunitaire dans l'enfance augmente les risques de développer des maladies auto-immunes, c'est-à-dire des maladies où notre système immunitaire attaque notre propre corps. Il semble que l'absence de stimulation pourrait diminuer la tolérance de notre système immunitaire.

Bien sûr, la seule exposition à des microbes n'a pas un effet certain et des considérations génétiques et environnementales auront un impact non-négligeable qu'il faut prendre en considération.

Par exemple, on sait que le type d'alimentation peut avoir une importance sur le développement du système immunitaire. Ainsi, le lait maternel contient plusieurs substances qui agissent directement sur celui-ci et qui comblent dans la plupart des cas les lacunes du système immature du nouveau-né. Sous un autre aspect, le moment d'introduction des aliments solides semble avoir un impact sur le développement de certaines réactions allergiques. Le premier contact avec un allergène potentiel devrait en effet avoir lieu pendant une fenêtre de temps bien précise pour éviter les réactions inappropriées.

Enfin, il faut aussi considérer que l'exposition à des pathogènes est vraisemblablement une conséquence normale de la croissance du bébé dans un milieu non-stérile. Par conséquent, bien qu'il semble préférable de protéger le bébé des infections pour éviter qu'il développe une réaction inflammatoire, l'exposition raisonnable à certains microbes est probablement souhaitable pour la bonne maturation de son système immunitaire.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:
S. J. Spencer, M. A. Galic and Q. J. Pittman. (2011) Neonatal programming of innate immune function. Am J Physiol Endocrinol Metab 300:E11-E18.

M'Rabet L, Vos AP, Boehm G, Garssen J. (2008) Breast-feeding and its role in early development of the immune system in infants: consequences for health later in life. J Nutr. 138(9):1782S-1790S.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire