20 février 2012

Le sperme contribue à augmenter la fertilité de la mère

Certaines substances contenues dans le sperme contribueraient à augmenter la fertilité de la femme suite à une relation sexuelle. C'est la conclusion rapportée par des chercheurs australiens dans le Journal of Immunology.

Dans cette étude, on a étudié différents aspects du col de l'utérus de plusieurs femmes 12 heures après une relation sexuelle. On s'est entre autres intéressé aux types de cellules présentes et aux molécules immunitaires qui s'y trouvaient.

Les chercheurs ont ainsi remarqué que suite à une relation sexuelle, il y avait davantage de cellules immunitaires (principalement des macrophages, des cellules dendritiques et des cellules T) présentes au col de  l'utérus. Les concentrations de molécules immunitaires comme les cytokines étaient également plus élevées.

Par ailleurs, lorsqu'un condom était utilisé pendant la relation sexuelle, ces changements n'étaient pas détectables. C'est ce qui permet aux chercheurs d'affirmer que c'est bien une substance présente dans le sperme qui serait responsable de ces observations.

Par conséquent, le sperme du père serait nécessaire pour déclencher une réaction semblable à de l'inflammation qui permettrait au système immunitaire de la mère de s'adapter à la possibilité d'une grossesse et donc de favoriser la fertilité.

Ces nouveaux résultats vont dans le même sens qu'un article précédent qui expliquait comment des anticorps anti-foetus pouvaient causer des fausses couches. Ce genre d'études est très intéressant selon moi puisqu'il établit un lien de plus entre le système immunitaire et la fécondité.  Les différents systèmes de notre corps sont bel et bien liés les uns aux autres et cela nous rappelle l'importance d'approcher le corps humain dans sa globalité.

Référence: David J. Sharkey, Kelton P. Tremellen, Melinda J. Jasper, Kristina Gemzell-Danielsson, and Sarah A. Robertson. Seminal Fluid Induces Leukocyte Recruitment and Cytokine and Chemokine mRNA Expression in the Human Cervix after Coitus. J Immunol 2012 188:2445-2454; published ahead of print January 23, 2012, doi:10.4049/jimmunol.1102736

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire