13 juillet 2016

Calculer la date prévue d'accouchement: mission impossible?

À première vue, la date d’accouchement semble facile à calculer. On prend la date des dernières menstruations, on ajoute 9 mois et voilà ! Vous pouvez maintenant mettre cette journée à votre agenda... ou pas. Certaines études révèlent en effet que seulement 4 % des femmes enceintes donnent naissance à leur date prévue d’accouchement.

Le calcul de la date prévue d’accouchement s’appuie en grande partie sur la règle de Naegele qui a en fait été élaborée par le médecin hollandais Boerhave en 1744. Cette règle n’est toutefois basée sur aucune preuve scientifique et comporte plusieurs problèmes :
  • la règle suppose que le cycle menstruel de la femme est régulier, c’est-à-dire qu’il dure 28 jours et que l’ovulation a lieu le 14e jour ;
  • puisque les mois n’ont pas tous la même longueur, la durée de la grossesse varierait en théorie selon le mois de conception si on utilise la règle de Naegele ;
  • pour que la règle puisse calculer une date juste, la femme doit se rappeler précisément la date de ses dernières règles.
Cependant, le plus gros problème avec la règle de Naegele, c’est qu’elle repose sur l’idée qu’une grossesse ne dure que 40 semaines. Des chercheurs remettent toutefois cette idée en question.

Il faut mentionner qu’il est difficile de déterminer la durée normale de la grossesse. En effet, comme nous avons l’habitude de déclencher le travail lorsqu’une femme dépasse trop la date prévue d’accouchement, cela rend le calcul compliqué puisqu’on se retrouve avec des grossesses qui ne se sont jamais terminées naturellement. Cependant, si on exclut ces grossesses de l’analyse, cela signifie qu’on ignore systématiquement les grossesses les plus longues. Il faut donc avoir recours à des méthodes statistiques complexes comme l’analyse de survie. C’est ainsi que des chercheurs ont pu démontrer que la grossesse dure environ 3 jours de plus que les 40 semaines traditionnelles.

Le manque de précision de la règle de Naegele peut avoir des répercussions importantes sur le déroulement de l’accouchement. Selon une étude, 44 % des femmes qui ont été provoquées disent l’avoir été parce que leur bébé était à terme ou proche de la date prévue d’accouchement et 18 % disent que leur professionnel de la santé était inquiet parce qu’elles avaient dépassé cette date. Malheureusement, l’induction du travail sans raison médicale a été associée à une hausse du taux de césarienne.

Pour en savoir plus sur le calcul de la date prévue d'accouchement, sur ses limites et sur la durée de la grossesse, je vous invite à lire la fiche que j'ai rédigée pour le site Naître et grandir: La durée de la grossesse.

Références:
Dekker, Rebecca. Evidence on Inducing Labor for going past your Due Date. evidencebasedbirth.com

Lynch, Courtney D. et Jun ZHANG. (2007) The research implications of the selection of a gestational age estimation method. Paediatric and Perinatal Epidemiology, vol. 21, (Suppl. 2), p. 86-96.

Smith, Gordon C.S. (2001) Use of time to event analysis to estimate the normal duration of human pregnancy. Human Reproduction, vol. 16, no 7, p. 1497-1500.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire