25 février 2015

Contraception, vaccination, réflexe d'éjection et microbiome: revue de presse du 25 février

La contraception, de l'Antiquité à 2022
The Atlantic propose un résumé ultra-rapide de l'histoire de la contraception. Les premières traces d’un contrôle de la reproduction remonteraient à l'Égypte ancienne. Par la suite, l'humanité a imaginé plusieurs méthodes pour bloquer l'union de l'ovule et du spermatozoïde, dont l'utilisation de plantes, d'éponges de mers et de condoms en tissu. C'est en 1960 qu'est commercialisée la première pilule contraceptive. Le vidéo se termine avec quelques prédictions sur l'avenir de la contraception, dont une pilule qui permettrait aux hommes d'avoir des orgasmes sans écoulement de sperme.

Vaccination 101
L'hiver 2015 aura été celui des vaccins. Qu'on parle de celui de la rougeole ou de la grippe, le débat fait rage dans la population. La journaliste scientifique Valérie Borde a réalisé un billet très intéressant à ce propos sur le site de L'Actualité. Elle y décrit très bien les différents types de vaccins existants, leurs bénéfices et leurs risques. Elle partage aussi quelques réflexions sur les stratégies adoptées par la santé publique. À lire si vous êtes à la recherche d'un tour rapide de la question.

Mieux comprendre le réflexe d'éjection
Le réflexe d'éjection, c'est lorsque le lait est expulsé hors du sein pendant une tétée. Il semble toutefois qu'on devrait plutôt parler des réflexes d'éjection. En effet, des chercheurs ont étudié plusieurs canaux lactifères d'un même sein pour remarquer que le réflexe d'éjection de chacun ne se produisait pas exactement au même moment. Le phénomène avait d'ailleurs déjà été observé chez les animaux. Selon les scientifiques, la présence de plusieurs réflexes d'éjections à la fois permettrait d'accélérer le débit du lait tout en évitant que le bébé s'étouffe.

Quand les bactéries se mêlent d'hérédité
Est-ce que certaines de nos caractéristiques physiques pourraient provenir des bactéries que nous héritons de notre mère? Le site IFLScience décrit cette nouvelle hypothèse développée par des chercheurs américains. Ceux-ci ont remarqué que les souriceaux qui recevaient certaines bactéries provenant de leur mère développaient plus souvent des problèmes intestinaux, car ils avaient des niveaux moins élevés d'anticorps de type IgA dans leur système digestif. Les chercheurs croient que le même phénomène pourrait avoir lieu chez les humains et expliquerait des pathologies comme la maladie de Crohn.

La semaine dernière...
Facebook contre le baby blues et un ballon pour l'épidurale: revue de presse du 18 février 

Maman Éprouvette fait une pause pour la semaine de relâche. De retour le 10 mars.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire