23 mai 2014

Le peau-à-peau pour améliorer les césariennes

Des médecins de Toronto ont l'intention de changer la façon de procéder lors d'une césarienne. À l'hôpital Sunnybrook, il est maintenant possible de mettre le bébé en peau-à-peau avec sa mère dès sa naissance. L'équipe médicale espère ainsi imiter ce qui se passe pour un accouchement vaginal.

Pour y arriver, le bébé est glissé sur l'abdomen de la mère, sous le drap chirurgical, dès sa sortie. Il peut alors être placé sur la poitrine de celle-ci, qui a été désinfectée au préalable pour diminuer les risques d'infection. Selon les médecins initiateurs du projet, la procédure nécessite un obstétricien expérimenté et un professionnel de plus dans la salle d'opération. Si la mère n'est pas en mesure d'être en contact avec son nourrisson, le père peut la remplacer temporairement.

On connaît bien les bénéfices du peau-à-peau lors des accouchements vaginaux. Cette approche aide le bébé à mieux contrôler sa température et son taux de glucose sanguin. Elle favorise aussi l'attachement entre la mère et l'enfant tout en facilitant l'allaitement. Les femmes qui accouchent par césarienne et leur nourrisson pourront maintenant profiter aussi de ces avantages.

La césarienne peut être un évènement éprouvant dans la vie d'une femme. Le fait d'être privée d'un contact privilégié avec son enfant dès la naissance est vécu comme un deuil pour plusieurs d'entre elles. Les mères qui ont participé au projet de l'hôpital Sunnybrook ont donc été très satisfaites de leur expérience. L'une d'entre elles croit même que cette façon de faire devrait devenir une procédure standard.

Les médecins tiennent toutefois à mentionner que toutes les césariennes ne sont pas propices à faire du peau-à-peau. C'est entre autres le cas des césariennes d'urgence. Cependant, avec un taux de césarienne de 25 à 30 %, améliorer la technique pour en limiter les impacts négatifs est impératif, soulignent les médecins ontariens.

Des obstétriciens britanniques ont mis au point une technique semblable et ont publié leurs résultats en 2008. Espérons maintenant que plusieurs hôpitaux canadiens emboîteront le pas à l'hôpital Sunnybrook.

Sources: 
CBC News. (2014, 9 mai) Newborns delivered by C-section to bond skin-to-skin in Toronto study. Consulté le 22 mai 2014.

Sunnybrook Health Sciences Centre. (2014, 7 mai) Skin-to-skin C-sections promote health, bonding. Consulté le 22 mai 2014.

8 commentaires:

  1. Ô_o Pour quelle raison la poitrine de la mère doit-elle être désinfectée au préalable? On ne prend pas ce genre de précaution lorsqu'on dépose le bébé sur la mère après une voie basse. Pourquoi le risque d'infection serait-il supérieur dans ce cas-là?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi été étonnée par cette précaution dont parle l'équipe médicale. Je crois que c'est peut-être pour protéger la mère dont l'abdomen n'est pas encore refermé. Peut-être que les médecins craignent que le fait de glisser le bébé sous le drap chirurgical puisse causer une contamination de la plaie. Je dis toutefois cela sous toute réserve.

      Supprimer
  2. J'ai accouché par césarienne programmé de mon 4ème enfant, une fille.
    A l’hôpital public de Tourcoing (maternité labellisé amies de bébés).
    Non seulement, j'ai fait du peau à peau dès la sortie du bébé. Elle a été posée sur mon ventre tout de suite, avec une couverture chauffante.
    Le papa à côté de moi.
    Nous sommes restés tous les 3 (+ l'équipe médicale bien sûr) pendant que j'étais recousue. Un beau moment. L'équipe s'est faite très discrète, nous laissant le temps de savourer cet instant.
    Une fois recousue, je ne suis pas allée en salle de réveil. Je suis remontée en salle de naissance traditionnelle, toujours le bébé sur mon ventre et le papa à côté, pour les 2 heures de peau à peau, comme pour une voie basse.

    Donc, c'est possible ! Et ça se fait !
    (et je n'ai pas particulièrement été désinfectée. j'avais pris une douche à la bétadine avant la césa, mais rien de plus)
    Cela a été possible, parce que tout allait bien médicalement.

    Pour ma première césa (en urgence), le bébé a été emmené dans la salle voisine, sur le papa, le temps que je sois recousue et je les ai rejoints, une fois la couture terminée... En salle de naissance, toujours, pour poursuivre le peau à peau.
    C'était il y a 6 ans...


    Et vous savez quoi ? J'aime ma maternité :-) Beaucoup.

    J'attends le 5ème... et peut-être, peut-être que ça ne sera pas une césa. Ils sont prêts à tenter la VB, après 2 césa. On verra !

    RépondreSupprimer
  3. Pas de problème concernant la faible température de la salle d'accouchement (qui est en fait un bloc opératoire) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons eu une couverture chauffante, tout de suite.

      Supprimer
  4. À mon.avis le bébé né par césarienne n a pas été en contact avec les germes vaginaux c est pour ça qu ils désinfectent la poitrine de la mère

    RépondreSupprimer
  5. Le peau-à-peau juste après la sortie du bébé né par césa se pratique déjà dans certaines maternités françaises et j'ai jamais entendu parler de cette pratique consistant à désinfecter la poitrine de la mère. Et justement, le fait que le bébé n'ait pas profité des "bonnes" bactéries contenues dans la flore vaginale rend à mon avis encore plus nécessaire le fait qu'il soit placé au contact des germes présents naturellement sur la peau de sa mère...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai accouché en octobre dernier au CHUS (Sherbrooke) par césarienne planifiée avec un Dr. français... et je l'ai vécu ! Mais quelle joie ! 3e et dernière césarienne, je vivais le peau-à-peau pour la 1re fois dès la naissance et ce fût une merveilleuse et marquante expérience, qui m'a d'ailleurs énormément aidé à faire le deuil de mes accouchements par césarienne...

    RépondreSupprimer