14 février 2014

Naître comme un bébé dans l'eau

L'être humain serait-il fait pour voir le jour dans l'eau? Bien que son utilisation soit récente dans le monde de l'obstétrique, la piscine d'accouchement est de plus en plus populaire auprès des mères qui cherchent à vivre une naissance naturelle. Ce type d'accouchement ne serait pas intéressant en apparence seulement, de nouvelles études confirment qu'il a des avantages indéniables.

Selon les experts, le travail dans l'eau faciliterait le mouvement en raison de la flottabilité du corps de la femme enceinte qui pourrait alors adopter une position optimale pour la descente du bébé. Une étude italienne a d'ailleurs révélé que les mères qui accouchent dans l'eau choisissent plus souvent la position debout et que l'accouchement se déroule ainsi avec un minimum d'intervention de la part des sages-femmes. La chaleur de l'eau, quant à elle, permettrait à la mère de relaxer et de percevoir moins de douleur. Elle favoriserait aussi une meilleure circulation sanguine au niveau de l'utérus et une diminution de la pression. Il n'est donc pas étonnant que les femmes qui utilisent la piscine d'accouchement se sentent plus en contrôle et plus satisfaites.

Selon une analyse de 12 études réalisée auprès de 3 243 femmes, l'immersion dans l'eau pendant le travail en diminue la durée et limite l'utilisation de l'épidurale. Une enquête britannique plus récente a également démontré que la piscine d'accouchement réduit la fréquence des transferts vers l'hôpital pour les femmes accouchant avec une sage-femme. Elle abaisserait aussi le taux de césarienne et d'interventions comme l'épidurale ou l'administration d'ocytocine synthétique, mais seulement pour les accouchements ayant lieu en maison de naissance et non pas à domicile.

Certains chercheurs ont toutefois remarqué que les femmes qui utilisent la piscine trop tôt, c'est-à-dire avant d'avoir atteint une dilatation de 4 cm, ont un travail plus long et un risque plus élevé d'employer l'épidurale ou l'ocytocine synthétique. Cependant, ces données sont contestées par d'autres scientifiques.

Du côté des inconvénients, certains professionnels s'inquiètent de la possibilité que le bébé inhale de l'eau ou qu'il soit exposé davantage aux infections. À ce jour, aucune donnée scientifique ne semble toutefois démontrer des effets négatifs sérieux à utiliser une piscine de naissance, ni pour la mère ni pour l'enfant. Les scientifiques recommandent cependant d'être prudent lors de la manipulation du cordon pour éviter certaines complications.

Par ailleurs, certains chercheurs croient que la position debout que les femmes accouchant dans l'eau adoptent naturellement pourrait être responsable d'une augmentation des déchirures. Par contre, celle-ci serait compensée par une diminution des épisiotomies.

En résumé, l'accouchement dans l'eau semble être une façon intéressante de vivre la naissance de son enfant. Il devrait donc être proposé aux mères vivant une grossesse à faible risque dans le but de soulager la douleur, en particulier si celles-ci souhaitent éviter les méthodes pharmacologiques. Qui sait, peut-être aurons-nous le plaisir de voir bientôt toute une génération de petits poissons envahir les maternités!

Références :
Cluett ER, Burns E. (2009) Immersion in water in labour and birth. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Apr 15;(2):CD000111. doi: 10.1002/14651858.CD000111.pub3.

Henderson J, Burns EE, Regalia AL, Casarico G, Boulton MG, Smith LA. (2014) Labouring women who used a birthing pool in obsteric units in Italy: prospective observational study.  BMC Pregnancy Childbirth.14(1):17. doi: 10.1186/1471-2393-14-17.

Lukasse M, Rowe R, Townend J, Knight M, Hollowell J. (2014) Immersion in water for pain relief and the risk of intrapartum transfer among low risk nulliparous women: secondary analysis of the birthplace national prospective cohort study. BMC Pregnancy Childbirth. 2014 Feb 6;14(1):60. [Epub ahead of print]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire