13 novembre 2013

Le syndrome de la tortue ou pourquoi ne pas accoucher sur le dos

Les humains ressemblent aux tortues. Ils ne peuvent pas accomplir beaucoup de choses sur le dos. Pourtant, en Occident, la plupart des femmes accouchent dans cette position. Bien que cela représente un avantage pour l'équipe médicale, ce n'est pas le cas pour la future mère en travail. Une analyse effectuée par le collectif Cochrane vient d'ailleurs de démontrer que la position couchée nuit au déroulement d'un accouchement.

Pour arriver à cette conclusion, les experts ont analysé 25 études réalisées auprès d'un total de 5218 femmes qui avaient une grossesse à faible risque. Ces recherches évaluaient l'impact de la position de la mère sur la progression du travail. Malgré leur qualité discutable, les résultats offrent tout de même des informations intéressantes.

Notamment, les mères qui privilégient les positions debout ou qui marchent pendant leur accouchement ont une première phase du travail durant 1 h 20 de moins que les femmes qui accouchent sur le dos. Celles-ci ont également moins recours à l'épidurale et risquent moins de subir une césarienne. Enfin, leurs bébés ne nécessiteraient pas aussi souvent des soins intensifs.

Les chercheurs suspectaient déjà depuis un certain temps que la position sur le dos influençait négativement l'accouchement. En effet, dans cette position, les contractions utérines perdent de leur efficacité et le placenta reçoit un moins bon apport en sang.

Même si d'autres études seront nécessaires pour mieux comprendre l'impact de la position de la mère sur le déroulement de l'accouchement, les informations obtenues grâce à l'analyse du collectif Cochrane démontrent bien l'importance de revoir les pratiques obstétricales dans les hôpitaux. Entre autres, les scientifiques suggèrent de bien informer les femmes des avantages des positions debout et de les encourager à les adopter plus souvent.

L'accouchement est un processus physiologique normal dans la vie d'une femme. La logique veut donc qu'elle y prenne part activement en se positionnant et en se déplaçant comme elle le désire plutôt que dans une position qui l'empêche de fonctionner normalement.

Référence :
Lawrence A, Lewis L, Hofmeyr G, Styles C. (2013) Maternal positions and mobility during first stage labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD003934. DOI: 10.1002/14651858.CD003934.pub4

4 commentaires:

  1. Bonjour Kathleen,

    J'aurais une question qui me vient en lisant cet article; lorsque la tête du bébé n'est pas... Comment le personnel médical appelle-t-il ça déjà...? Tant que la tête du bébé n'est "pas fixée", nous n'avons pas le droit de marcher ou même de rester debout et cette "phase" peut être assez longue, non? Je me demandais si vous seriez en mesure de vous prononcer sur ce point précis : Vaut-il mieux attendre que la tête soit fixée, comme le suggère le personnel médical, avant de les obstiner pour rester debout lors du travail? Merci d'avance de votre réponse franche, comme toujours! J'adore votre blug et j'en suis fan! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas tout à fait certaine des implications de cette recommandation alors j'ai demandé l'avis de la sage-femme Céline Lemay à ce sujet. Voici sa réponse :

      "Le principe derrière lequel on recommande aux femmes en travail de ne pas être en position verticale est celui-ci : si la tête du bébé est haute dans le bassin et que la poche des eaux rompt, il y a des risques que dans ce mouvement du liquide amniotique le cordon du bébé descende sur le côté de sa tête et même devant. Cela s'appelle une procidence du cordon. Ce glissement a plus de risque de se produire si la mère est en position verticale. Le danger : que le cordon soit compressé lorsque la tête descend. Cela constituerait une Situation urgente et dangereuse pour le bébé.

      Mais que dit la recherche? La fréquence de cette situation est rare (1-6/1000) et certains facteurs peuvent en augmenter les risques : prématurité, beaucoup de liquide amniotique, présentation anormale (siège, transverse), cordon anormalement long, jumeaux (surtout le deuxième), rupture artificielle des membranes, malformations congénitales.

      Il n'existe pas de recommandations dans la littérature concernant le maintien d'une position horizontale pour la mère durant le travail, même quand ses eaux sont rompues. Certains articles scientifiques mentionnent qu'il n'y a pas d'évidence pour faire de telles recommandations aux femmes en travail.
      Les risques d'une position couchée durant le travail sont connus : ralentissement, difficultés pour la mère, plus de péridurales, etc. C'est justement le fait de marcher qui va aider la tête du bébé à se fixer. Sinon, on restreint la presque totalité des femmes en travail pour éviter le risque très faible d'une procidence du cordon."

      Je remercie donc Mme Lemay d'avoir pris le temps de répondre à cette question très intéressante.

      Supprimer
  2. Il serait bon de préciser aux lectrices qu'il s’agit de bien plus que de surveiller périnée forceps et monitoring.
    Bon de rappeler a toutes que même si l'accouchement assis ou de coté est souvent plus rapide et confortable pour la mère, il est un péril pour l'enfant ! De nombreuses sages femmes se voient obligées malgré leurs années d'études de gronder nombre de futures mamans car elles décident d'accoucher en position naturelle suite a des lectures semblant émaner de sources fiables alors qu'elles ne le sont pas..
    Elles s'usent à répéter que même lorsque tout va bien seule la position "sur le dos" et étriers est sécuritaire car lorsque un "problème" se présente tout se joue a la seconde.. Ces secondes vitales se perdent lorsque la paturiente doit revenir aux étriers. Au nom de la sécurité de tous tout accouchement doit se dérouler selon le protocole, chacun doit rester à sa place. Cordialement. Nath

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas sur quelles données vous vous basez pour affirmer ainsi que la position couchée sur le dos est la seule position sécuritaire pour le bébé.
      Laissez-moi plutôt vous citer la société des obstétriciens-gynécologues du Canada (SOGC) sur les positons d'accouchement: « Les positions assise ou semi-assise sont les meilleures pour accoucher. Ces positions semblent réduire le temps nécessaire pour expulser le bébé. La position étendue sur le côté est aussi une position naturelle d’accouchement qui présente de nombreux avantages. La position accroupie a l’avantage d’améliorer l’angle du bassin, de sorte que le bébé a plus d’espace pour sortir. De plus, on utilise ainsi la force de gravité pour permettre au bébé de glisser et de sortir plus rapidement. Vous n’avez pas à vous inquiéter qu’on vous attache les jambes aux étriers. De nos jours, cela ne se fait plus dans les hôpitaux. » (http://sogc.org/fr/publications/plan-de-naissance/)
      Par ailleurs, dans leur déclaration de principes commune sur l'accouchement normal, la SOGC recommande des « poussées spontanées dans la position privilégiée par la patiente ».
      (http://sogc.org/wp-content/uploads/2013/02/gui221PS0812f.pdf)
      Je ne crois pas qu'on peut taxer la SOGC d'être une source peu fiable!

      Supprimer