19 août 2013

Question de la semaine: Courant, l'allaitement en tandem?

Aujourd'hui, je réponds à la question de Marie-Christine Bouchard: "J'aimerais savoir si l'allaitement en tandem se pratique dans certaines cultures, si oui lesquelles et est-ce fréquent?"

L'allaitement en tandem, c'est-à-dire le fait d'allaiter deux enfants d'âges différents en même temps, est encore plutôt marginal dans nos sociétés occidentales. C'est probablement pour cette raison qu'on ne trouve pas d'information sur ce phénomène dans la littérature scientifique. Cependant, on peut quand même tirer certaines conclusions en analysant des études faites sur l'allaitement pendant la grossesse.

D'une part, on sait que l'allaitement réduit considérablement les chances de concevoir, du moins dans les six premiers mois. Par la suite, chez les femmes qui continuent d'allaiter à la demande, on estime que 44 % d'entre elles ne connaîtront pas de nouvelle grossesse avant que leur premier enfant ait 15 mois. Cette baisse de la fécondité pendant l'allaitement diminue donc la possibilité que celui-ci se produise en même temps qu'une grossesse et, du même coup, diminue probablement la fréquence de l'allaitement en tandem. En effet, un nombre important d'enfants sont potentiellement sevrés avant  même le début d'une nouvelle grossesse chez leur mère.

D'autre part, même chez les femmes qui allaitent toujours au moment de la conception d'un nouvel enfant, ce n'est pas la majorité qui continuera ainsi jusqu'à l'accouchement. Selon les études, entre 53 et 69 % des enfants allaités au début de la grossesse seront sevrés avant l'arrivée du nouveau bébé.

Il semblerait que certains phénomènes physiologiques associés à la grossesse seraient responsables du sevrage. Ainsi, 74 % des femmes rapportent connaître des douleurs aux mamelons ou aux seins pendant la grossesse. C'est d'ailleurs la principale raison de sevrage lorsque celui-ci est initié par la mère. De plus, 57 % des femmes enceintes disent aussi vivre un inconfort émotionnel pendant les tétées. Enfin, 65 % des femmes connaissent une baisse de leur production de lait. On croit même que c'est ce dernier facteur qui pousserait un certain nombre d'enfants à se sevrer eux-mêmes.

Par ailleurs, dans certaines sociétés, il existe un tabou important par rapport à l'allaitement pendant la grossesse. Par exemple, au Bhoutan, on croit que le lait d'une femme enceinte pourrait pourrir dans le sein et donc être mauvais pour l'enfant. Malgré cela, plusieurs femmes de cette région choisissent de poursuivre l'allaitement. Toutefois, si l'enfant tombe malade, la mère procèdera immédiatement au sevrage.

D'un point de vue physiologique et culturel, l'allaitement en tandem ne semble donc pas être favorisé. Toutefois, certaines données laissent croire que cela n'empêche pas plusieurs femmes partout dans le monde de le pratiquer. Au Bangladesh, 20 % des femmes qui allaitaient au début de la grossesse allaitent toujours neuf mois plus tard. Au Guatemala, ce sont 50 % des femmes enceintes qui allaitent un enfant plus vieux. Au Pérou, 10 % des femmes avec des enfants d'âge préscolaire poursuivent l'allaitement jusqu'au troisième trimestre de grossesse.

Si ces femmes n'ont pas sevré leur enfant pendant la grossesse, on peut supposer qu'un certain nombre poursuivront avec l'allaitement en tandem par la suite. Par exemple, dans une étude réalisée au Pérou, un tiers des femmes ayant allaité leur enfant jusqu'à la fin de la grossesse allaitaient deux enfants un mois plus tard. Enfin, rappelons que 47 % des femmes américaines pratiquant l'allaitement prolongé au début de leur grossesse allaitaient toujours leur ainé après l'arrivée du bébé.

Si l'allaitement en tandem n'est pas un phénomène très courant, il semble toutefois exister dans un certain nombre de sociétés humaines. De plus, plusieurs études démontrant qu'il n'y a pas de risques à allaiter pendant une grossesse normale, on peut supposer que sa fréquence augmentera dans le futur, en particulier avec le développement d'environnements favorables à l'allaitement.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse. (N'étant pas médecin, il ne m'est pas possible de répondre à des questions médicales sur l'état de santé d'une mère ou d'un bébé. Si vous éprouvez des inquiétudes à ce sujet, contactez plutôt un professionnel de la santé.)

Références:
Sugarman M, Kendall-Tackett KA. (1995) Weaning ages in a sample of American women who practice extended breastfeeding. Clin Pediatr (Phila). 34(12):642-7.

Marquis GS, Penny ME, Diaz JM, Marín RM. (2002) Postpartum consequences of an overlap of breastfeeding and pregnancy: reduced breast milk intake and growth during early infancy. Pediatrics. 2002 Apr;109(4):e56.

Newton N; Theotokatos M. (1979) Breast-feeding during pregnancy in 503 women: does a psychobiological weaning mechanism exist in humans? in Carenza L, Zichella L, ed. Emotion and production. New York, Academic Press, 1979. 845-9. (Proceedings of the Serona Symposium Vol 20B)

Sherrill R. Moscone, MA. (1993) Breastfeeding during Pregnancy. J Hum Lact, vol. 9 no. 2: 83-88.

Oliveros C; Marquis G; Bartolini R; Ormsby G; Rudatsikira E. (1999) Maternal lactation: a qualitative analysis of the breastfeeding habits and beliefs of pregnant women living in Lima, Peru. INTERNATIONAL QUARTERLY OF COMMUNITY HEALTH EDUCATION. 1999; 18(4):415-34.

Bøhler E, Ingstad B.(1996) The struggle of weaning: factors determining breastfeeding duration in east Bhutan. Soc Sci Med. 43(12):1805-15.

1 commentaire:

  1. Nous avons eu un co-allaitement à la maison : ma grande avait 10 mois quand sa petite soeur a fait son nid, et 17 quand elle est née (préma)... elles ont été co-allaitées jusqu'aux 4 ans de la grande. Ma seconde a tété jusqu'à un peu plus de 3 ans, elle a été sevrée d'un commun accord, car nous attendions l'arrivée de son petit frère et que les tétées devenaient douloureuses...
    Qu'il n'y ait pas de données scientifiques n'est pas très étonnant : il suffit de regarder la trombine des médecins quand on dit qu'on allaite en étant enceinte pour cesser d'en parler immédiatement (voire pour sevrer de peur de perdre le bébé à naître, si on les écoute)

    RépondreSupprimer