10 juin 2013

Question de la semaine: Quel est l'impact des antibiotiques sur le développement du muguet?

Cette semaine, je réponds à la question de Marie-Christine Bouchard: "Je voudrais savoir quels sont les risques de développer du muguet suite à la prise d'antibiotiques durant l'accouchement et quel est le délai habituel entre le développement du muguet et l'accouchement ?"

Les levures, ces champignons microscopiques, sont rarement responsables de maladies chez l'être humain. D'une part, la majorité ne réussissent pas à se reproduire à la température normale du corps. D'autre part, ceux qui y parviennent vivent habituellement en harmonie dans notre organisme. C'est étrangement le cas de la levure Candida qui est pourtant le microbe responsable du muguet.

Candida albicans
Candida est en effet une levure dite opportuniste. On entend par cela qu'elle est normalement une invitée qui ne cause pas de dommage mais dans certaines conditions, elle peut devenir pathogène. On la retrouve en fait sur les muqueuses des systèmes digestif, urinaire et génital.

Par exemple, on peut la détecter chez 96 % des nouveau-nés dès l'âge d'un mois. On croit que la plupart d'entre eux sont contaminés lors de leur passage dans le canal vaginal pendant l'accouchement. On estime donc qu'il y a de 10 à 1000 levures par grammes de selles chez un bébé en santé.

Cette cohabitation se déroule donc bien jusqu'à ce qu'un débalancement permette à Candida de croître de façon démesurée. Cela peut arriver lorsque le système immunitaire de l'individu est affaibli ou lorsque les barrières de défense de notre organisme sont détruites.

L'une de ces barrières est la flore microbienne présente sur notre corps. En effet, lorsque plusieurs "bons" microbes sont présents, une certaine compétition entre ceux-ci s'installe. Cela évite donc qu'un microbe parvienne à prendre le dessus et à se reproduire trop rapidement.

Par conséquent, si quelque chose détruit la flore microbienne, les microbes opportunistes comme Candida peuvent en profiter. C'est d'ailleurs ce qui se produit lorsqu'on consomme des antibiotiques à large de spectre puisque ceux-ci peuvent tuer plusieurs bactéries de notre flore intestinale. On considère donc que la prise d'antibiotique est un facteur de risque pour le développement du muguet.

Par exemple, on sait que les femmes qui développent du muguet rapportent souvent avoir eu un traitement aux antibiotiques dans les deux à quatre semaines précédant l'apparition des symptômes. Chez les bébés prématurés, l'utilisation d'antibiotiques à large spectre dans les sept derniers jours augmentent les risques d'infection fongique. La durée du traitement peut aussi avoir un impact. Plus celui-ci est long, plus les risques augmentent.

Par ailleurs, depuis quelques années, de plus en plus de femmes reçoivent des antibiotiques contre le streptocoque B de manière préventive pendant le travail. On estime que cette mesure pourrait être responsable d'une augmentation des cas de Candida. D'après une étude réalisée en 2005, les femmes qui reçoivent ce traitement ont significativement plus de risques de développer une telle infection. De plus, l'utilisation d'antibiotiques de routine lors d'une césarienne ou les traitements utilisés lors de mastites à répétition ont le même effet.

En conclusion, l'utilisation d'antibiotiques peut contribuer au développement d'infections fongiques. Pour cette raison, certains experts suggèrent d'éviter les antibiotiques s'ils ne sont pas absolument nécessaires et, sinon, de prescrire le traitement efficace le plus court possible. Les antibiotiques plus spécifiques sont également à privilégier. Enfin, après un traitement aux antibiotiques, l'utilisation de probiotiques pour favoriser le rétablissement de la flore intestinale peut être une bonne option.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.


Références:
Riordan, J., & Wambach, K. (2010). Breastfeeding and Human Lactation (4th ed.). Sudbury: Jones and Bartlett.

Lawrence, R. A., & Lawrence, R.M. (2005). Breastfeeding: A Guide for the Medical Profession (6th ed.). Philadelphie : Elsevier Mosby.

Hsieh E, Smith PB, Jacqz-Aigrain E, Kaguelidou F, Cohen-Wolkowiez M, Manzoni P, Benjamin DK Jr. (2010) Neonatal fungal infections: when to treat? Early Hum Dev. 88 Suppl 2:S6-S10.

Smaill FM, Gyte GML. (2010) Antibiotic prophylaxis versus no prophylaxis for preventing infection after cesarean section. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD007482.

Schulze J, Sonnenborn U. (2009) Yeasts in the gut: from commensals to infectious agents. Dtsch Arztebl Int. 2009 Dec;106(51-52):837-42. doi: 10.3238/arztebl.2009.0837. Epub 2009 Dec 18.

Tanguay KE, McBean MR, Jain E. (1994) Nipple candidiasis among breastfeeding mothers. Case-control study of predisposing factors. Can Fam Physician. 1994 Aug;40:1407-13.

Dinsmoor MJ, Viloria R, Lief L, Elder S. (2005) Use of intrapartum antibiotics and the incidence of postnatal maternal and neonatal yeast infections. Obstet Gynecol. 2005 Jul;106(1):19-22.


2 commentaires:

  1. Je n'avais jamais pensé que le fait d'avoir eu des antibiotiques pendant le travail (accouchement prématuré pour cause de pré-éclampsie) avait pu jouer (voir même causer) mon problème de muguet à répétition. 5 épisode de muguet dans les 4 premiers mois de vie de mon aîné et aucun muguet à mon 2e, né à terme. Merci encore une fois!

    RépondreSupprimer
  2. Mon chéri a eu un muget sur tout le corps juste apres sa naissance, on lui avait administré des antibio ainsi qu'a sa mère. Il en a gardé des cicatrices...

    RépondreSupprimer