25 mars 2013

Question de la semaine: Les carences en vitamines peuvent-elles affecter la production des spermatozoïdes?

Cette semaine, je réponds à la question de Viviane Firmery: "La production des spermatozoïdes est-elle affectée par une carence vitaminique (je pense en particulier à la vitamine D et la vitamine C qui manquent davantage en hiver)?"

Pour bien comprendre comment la nutrition pourrait influencer la production des spermatozoïdes, il faut expliquer brièvement les mécanismes de reproduction humaine.

Toutes les cellules du corps humain contiennent 23 chromosomes, présents chacun en deux copies pour un total de 46 chromosomes. Lors de la conception d'un bébé, celui-ci doit recevoir autant de chromosomes de sa mère que de son père. Pour cette raison, lors de la production des ovules et des spermatozoïdes, il faut réduire le nombre de chromosomes pour que ces cellules contiennent alors une seule copie des 23 chromosomes. De cette façon, lorsque l'ovule et le spermatozoïde fusionnent pour former la première cellule du bébé, celui-ci reçoit alors tout le matériel génétique dont il a besoin pour se développer c'est-à-dire les 46 chromosomes.

Plus spécifiquement, chez l'homme, quatre étapes sont nécessaires pour produire des spermatozoïdes fonctionnels. Tout d'abord, des cellules non-spécialisées et pouvant, dans les bonnes conditions, engendrer d'autres cellules spécialisées du corps doivent être produites. Par la suite, ces cellules vont se transformer pour devenir des cellules précurseures des spermatozoïdes. À ce stade, les cellules précurseures contiennent toujours 46 chromosomes. C'est à l'étape suivante que ces cellules vont se diviser pour donner naissances à des cellules appelées spermatides qui contiennent seulement 23 chromosomes. Enfin, la maturation des spermatides permettra l'apparition de spermatozoïdes mobiles et fonctionnels.

Puisque les chromosomes sont composés d'ADN et que le bon état des chromosomes est essentiel au bon fonctionnement des spermatozoïdes, tout ce qui pourrait affecter la qualité de l'ADN pourrait aussi nuire à la production de ceux-ci. Comme les composantes de l'ADN proviennent majoritairement de l'alimentation, celle-ci a donc un effet sur la reproduction. Par ailleurs, plusieurs vitamines semblent impliquer dans le processus de maturation des spermatozoïdes.

La vitamine A:
Cette vitamine, sous la forme d'acide rétinoïque, est importante pour réduire le nombre de chromosomes de 46 à 23. Elle est donc requise pour la production des spermatozoïdes. Ainsi, chez la souris, une déficience en vitamine A empêche donc les cellules précurseures de se transformer éventuellement en spermatozoïdes. Chez l'humain, on ignore toutefois encore l'effet d'une carence en vitamine A sur le système reproducteur.

Les vitamines C et E:
Les vitamines C et E sont des substances antioxydantes. Les antioxydants ont la particularité de protéger l'ADN contre des molécules qui pourraient l'endommager et qu'on appelle les radicaux libres. On sait d'ailleurs que les spermatozoïdes sont particulièrement sensibles aux radicaux libres. Les hommes infertiles à qui on donne des suppléments de vitamine C, de vitamine E et de glutathion (une autre substance antioxydante) voit donc leur nombre de spermatozoïdes augmenter.

Le folate:
Le folate est un membre de la famille des vitamines B et joue un rôle  important dans la fabrication de l'ADN. Pour cette raison, il est essentiel à la reproduction. Des chercheurs ont remarqué que les hommes qui recevaient un supplément de folate et de zinc avaient aussi un plus grand nombre de spermatozoïdes. Le folate favoriserait également leur mobilité.

La vitamine D:
La vitamine D sert à gérer l'utilisation du calcium par le corps. Comme le calcium est essentiel à la production des spermatozoïdes et à leur mobilité, des chercheurs croient qu'une déficience en vitamine D pourrait nuire à la fertilité masculine. On a observé chez le rat qu'une telle déficience était en effet associée à une diminution du nombre de spermatozoïdes. Chez l'humain, on sait que les cellules des testicules peuvent utiliser la vitamine D. Cela pourrait donc être important à la production des cellules sexuelles, probablement en modifiant l'expression des gènes.

En conclusion, bien que cela ne soit pas complètement démontré expérimentalement, il semble probable que certaines carences en vitamines occasionnent des problèmes de fertilité chez l'homme. Par conséquent, lorsqu'un couple cherche à concevoir un enfant, une alimentation saine et équilibrée est aussi importante pour le futur père que pour la future mère.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:
Cathryn A. Hogarth and Michael D. Griswold. (2010) The key role of vitamin A in spermatogenesis. J Clin Invest. 120(4): 956–962.

Ebisch IM, Thomas CM, Peters WH, Braat DD, Steegers-Theunissen RP. The importance of folate, zinc and antioxidants in the pathogenesis and prevention of subfertility. Hum Reprod Update. 2007 Mar-Apr;13(2):163-74. Epub 2006 Nov 11.

Martin Blomberg Jensen, John E. Nielsen, Anne Jørgensen, Ewa Rajpert-De Meyts, David Møbjerg Kristensen, Niels Jørgensen, Niels E. Skakkebaek, Anders Juul and Henrik Leffers. (2010) Vitamin D receptor and vitamin D metabolizing enzymes are expressed in the human male reproductive tract.
Hum. Reprod. 25 (5): 1303-1311. doi: 10.1093/humrep/deq024 First published online: February 18, 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire