8 février 2013

L'effet protecteur de l'allaitement contre l'obésité est-il un mythe?

Tout a commencé le 31 janvier 2013 par la parution d'un article intitulé "Myths, Presumptions, and Facts about Obesity" dans la prestigieuse revue The New England Journal of Medicine (NEJM). Dans celui-ci, les auteurs racontent comment ils ont vérifié le bien-fondé de plusieurs mythes et croyances populaires sur l'obésité. Parmi les sept mythes sans fondement scientifique selon eux se trouve l'idée selon laquelle l'allaitement diminuerait les risques pour un enfant de développer de l'obésité.

Selon les chercheurs, il n'y aurait pas suffisamment de donnés sérieuses pour confirmer l'existence d'un effet important de l'allaitement dans la prévention de l'obésité. Cette opinion semble également partagée par le Dr. Sharma, directeur de la chaire de recherche sur l'obésité de l'Université de l'Alberta et directeur du Canadian Obesity Network. Ce dernier aborde en effet le sujet sur son blogue. Il y mentionne que les auteurs de l'article publié dans le NEJM se basent principalement sur un rapport de l'OMS mentionnant que les études sur l'allaitement et l'obésité avaient de sérieux biais ainsi que sur une étude sur 13000 enfants qui n'a pas trouvé de preuves suffisantes pour établir un lien entre le non-allaitement et l'obésité.

Ces conclusions sont toutefois surprenantes puisqu'en 2012, dans son énoncé de principe sur l'allaitement et l'utilisation du lait maternel, l'Académie américaine de pédiatrie (AAP) stipule que les campagnes de prévention de l'obésité devraient commencer par le support à l'allaitement. L'AAP rapporte également que la durée de l’allaitement est inversement associée au risque de surpoids et que chaque mois d’allaitement est associé à une réduction de 4 % du risque. On observerait aussi une réduction de 15 à 30 % de l’obésité à l’adolescence et à l’âge adulte si un individu a été allaité même partiellement. Enfin, il y aurait une association entre l’allaitement et un IMC plus bas et une concentration plus élevée des lipoprotéines HDL à l’âge adulte. L'AAP précise toutefois que l’interprétation de ces résultats peut être délicate puisque certaines de ces études ne spécifient pas si le lait maternel a été offert au sein ou au biberon. Il s'agit d'un point important car, au sein, les bébés ont une plus grande capacité d’autorégulation et ce, peut importe les stratégies pour augmenter la production de lait. Par ailleurs, l’apprentissage précoce de l’autorégulation a un impact sur le gain de poids à l’âge adulte. Si l'AAP mentionne ces études dans son énoncé de principe, on suppose que son comité d'experts les jugeait crédibles.

On se retrouve donc dans une situation particulière. En effet, différents experts ne semblent pas arriver à s'entendre sur le rôle de l'allaitement dans la prévention de l'obésité. S'il est clair qu'il n'y a pas de consensus sur le sujet, je crois qu'il est toutefois prématuré de parler d'un mythe. En effet, par définition, un mythe est "ce qui est imaginaire, dénué de valeur et de réalité". Si les chercheurs ne partagent pas tous la même opinion sur la valeur des données existantes sur le sujet, il n'y a  pas non plus de données convaincantes prouvant l'absence d'association entre le mode d'alimentation du nouveau-né et l'obésité future.

Par ailleurs, ce qui est troublant dans toute cette histoire, c'est que certains auteurs de cet article ont des liens très forts avec l'industrie. Par exemple, Mead Johnson Nutrition (producteur d'Enfamil) et Pfizer (dont la division de production de préparations pour nourrisson a été vendue à Nestlé) font partie de la très longue liste des compagnies ayant contribué au financement de ces chercheurs.

Notons enfin que, dans l'article du NEJM, cette apparence de conflits d'intérêt ne se limite pas à la question de l'allaitement mais aussi à plusieurs autres aspects de la lutte contre l'obésité comme les compagnies de produits et de programmes amaigrissants (Jason Pharmaceutical, Jenny Craig) et toute l'industrie de la malbouffe (McDonalds, Coca-Cola, Pepsi Co).

Bien sûr, cela ne signifie pas nécessairement que les chercheurs en question n'ont pas raison. Il est en effet possible que ces derniers soient particulièrement intègres et ne se laissent pas influencer par leurs bailleurs de fond. Leurs conclusions sont peut-être basées sur une analyse rigoureuse des données existantes sur l'obésité. Toutefois, cela diminue tout de même leur crédibilité lorsqu'ils avancent que certaines recommandations de santé publique ne sont basées sur aucune donnée probante.

En conclusion, y a-t-il une controverse au sujet du lien associant le non-allaitement à l'obésité? De toute évidence, oui. Est-ce que plus d'études sur le sujet sont nécessaires pour arriver à un consensus et faire la lumière sur le sujet? Probablement. Mais est-ce que l'effet protecteur de l'allaitement contre l'obésité est un mythe? Personnellement, je reste sceptique.

_________________________________________________________
Les autres conclusions de l'article du NEJM (selon le New York Times):

Mythes
Les petites choses font une différence. Marcher un mile par jour peut mener à une perte de poids de plus de 50 livres en 5 ans.

Se fixer des buts réalistes pour perdre une quantité de poids modeste.

Les gens qui sont trop ambitieux seront frustés et vont abandonner.

Il faut être prêt mentalement à faire une diète sinon vous n'y arriverez pas.

Lentement et sûrement est la meilleure façon de perdre du poids. Si vous perdez trop de poids trop rapidement, vous perdrez moins à long terme.

Idées qui ne sont pas encore démontrées


L'alimentation et l'exercice pendant l'enfance ont des implications pour le reste de la vie.

Ajouter des fruits et des légumes à son alimentation pour perdre du poids ou en prendre moins.

Les diètes yo-yo mènent à une augmentation du taux de décès.

Les gens qui prennent des collations prennent du poids et deviennent obèses.

Si on ajoute des pistes cyclables, des sentiers de courses, des trottoirs et des parcs, les gens ne seront plus si gros.

Faits - Preuves solides pour les supporter


L'hérédité est importante mais n'est pas un obstacle insurmontable.

L'exercice aide à maintenir son poids.

La perte de poids est plus grande avec des programmes qui fournissent des repas.

Certains médicaments disponibles sur prescription aident à la perte de poids et à son maintien.

Les chirurgies de perte de poids, lorsque appropriée pour un patient, peuvent mener à une perte de poids durable, diminuer  le diabète et diminuer les taux de décès.


Références:
Krista Casazza, Kevin R. Fontaine, Arne Astrup, Leann L. Birch, Andrew W. Brown, Michelle M. Bohan Brown, Nefertiti Durant, Gareth Dutton, E. Michael Foster, Steven B. Heymsfield, Kerry McIver, Tapan Mehta, Nir Menachemi, P.K. Newby, Russell Pate, Barbara J. Rolls, Bisakha Sen, Daniel L. Smith, Jr., Diana M. Thomas, and David B. Allison. (2013) Myths, Presumptions, and Facts about Obesity. N Engl J Med  368:446-454January 31, 2013DOI: 10.1056/NEJMsa1208051

Sharma, Arya M. (2013) Obesity Myth #6: Breast-Feeding is Protective Against Obesity. Consulté le 7 février 2013 à l'adresse http://www.drsharma.ca/obesity-myth-6-breast-feeding-is-protective-against-obesity.html

American Academy of Pediatrics. (2012) Breastfeeding and the Use of Human Milk. Pediatrics Vol. 129 No. 3 pp. e827-e841.

Kolata, Gina. (2013) Myths of Weight Loss Are Plentiful, Researcher Says. Consulté le 7 février 2013 à l'adresse http://well.blogs.nytimes.com/2013/01/30/myths-of-weight-loss-are-plentiful-researcher-says/?smid=tw-nytimeshealth&seid=auto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire