17 septembre 2012

Question de la semaine: Quelles sont les causes du réflexe d'éjection fort et comment le traiter?

Aujourd'hui, je réponds à la question de l'organisme M.I.A.M (Mille Infos sur L'Allaitement Maternel): Quelles sont les causes du réflexe d'éjection fort et comment le traiter?

"L'origine de la Voie lactée"
Le réflexe d'éjection du lait est le phénomène qui permet d'expulser le lait du sein vers la bouche du bébé. Lorsque le bébé commence à téter, cela stimule le mamelon et un influx nerveux est alors envoyé jusqu'à l'hypothalamus, dans le cerveau de la mère. Cette stimulation de l'hypothalamus permettra à l'hypophyse, une glande aussi située dans le cerveau, de relâcher dans le sang de la mère une hormone appelée ocytocine. Cette hormone voyagera alors jusqu'à la glande mammaire où elle pourra se lier à son récepteur, ce qui forcera la contraction des cellules musculaires du sein. C'est cette contraction qui provoquera alors l'éjection du lait hors du sein.

Chez certaines femmes, le réflexe d'éjection est très puissant. En d'autres termes, le débit de lait est très important, rendant la tétée difficile chez certains bébés. Ceux-ci peuvent alors s'étouffer, tousser et décrocher du sein fréquemment. Par ailleurs, dans une étude réalisée auprès de 46 bébés qualifiés comme irritables, chez 61 % de ceux-ci, on a noté que leur mère avait un réflexe d'éjection puissant. Les bébés des mères ayant un fort réflexe d'éjection ont aussi souvent des coliques et des régurgitations, en partie parce qu'ils avalent beaucoup d'air pendant la tétée. Ces bébés peuvent aussi causer des blessures aux mamelons de leur mère puisqu'ils adoptent une prise du sein anormale pour tenter de ralentir le flot du lait.

L'une des hypothèses expliquant le réflexe d'éjection fort est la surabondance de lait. En effet certaines mères produisent plus de lait que leur bébé en a besoin et cela résulte donc en une augmentation du volume de lait présent dans le sein. Ce grand volume contribuerait ainsi à intensifier le réflexe d'éjection. Par ailleurs, l'effet serait encore pire pour une femme avec une petite capacité de stockage. Dans un tel cas, le peu d'espace pour stocker ce grand volume de lait augmenterait la pression à l'intérieur des glandes mammaires et, du même coup, la force du réflexe d'éjection.

Une autre hypothèse est la théorie des récepteurs d'ocytocine. On sait en effet que pendant la grossesse, la quantité de récepteurs pour l'ocytocine augmente ce qui augmente aussi la sensibilité à cette hormone. Cela signifie que plus il y a de récepteurs présents, moins on a besoin d'ocytocine pour déclencher l'éjection du lait. Il serait donc possible que certaines femmes aient plus de récepteurs ou des récepteurs plus efficaces, ce qui rendrait leur réflexe d'éjection plus puissant.

Pour régler le problème, deux approches sont possibles.

D'une part, on peut aider le bébé à gérer le débit du lait. Par exemple, on peut utiliser des positions d'allaitement où la tête du bébé est plus haute que le sein. De cette façon, la gravité ralentit le flot du lait. Il est aussi bon de s'assurer que le bébé ait la tête bien inclinée vers l'arrière puisque l'extension du cou facilite la déglutition. Par ailleurs, comme un bébé qui a des problèmes de succion peut éprouver davantage de difficultés, il est toujours préférable de vérifier que celui-ci n'a pas un frein de langue court ou d'autres problèmes respiratoires ou neurologiques. Enfin, il est également possible d'enlever le bébé du sein le temps que le débit ralentisse ou d'utiliser une téterelle sous la supervision d'une professionnelle lorsque les autres stratégies ne fonctionnent pas.

D'autre part, si le fort réflexe d'éjection est associé à une surproduction de lait, l'approche préconisée est de la faire diminuer. Cela se fait habituellement en offrant un seul sein par tétée ou en offrant le même sein pour une période prédéterminée. La production de lait suivant la loi de l'offre et de la demande, cette façon de faire envoie le message au corps de réduire la quantité de lait produite.

En conclusion, même si le réflexe d'éjection est essentiel à la réussite de l'allaitement, il peut rendre les tétées difficiles lorsqu'il est trop puissant. Il existe toutefois plusieurs stratégies pour faciliter les tétées pour le bébé.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.


Références:
Lawrence, R. A., & Lawrence, R.M. (2005). Breastfeeding: A Guide for the Medical Profession (6th ed.). Philadelphie : Elsevier Mosby.

Mohrbacher, N. (2010) Breastfeeding Answers Made Simple. Amarillo: Hale Publishing.

Rania H. Tomerak. (2010) Infants’ Fussiness On The Breast; A Window To Salvage Breastfeeding Before Breast Rejection. J Egypt Public Health Assoc Vol. 85 (5-6):318-335.

F. Andrysiak, M. Larose-Kuzenko, P. J. Martens, L. Romphf and S. Yates. The effects of an overabundant milk supply and a forceful let-down reflex.Consulté le 15 septembre 2012 sur le site http://overactiveletdown.com/

2 commentaires: