28 mai 2012

La composition du lait maternel pendant la grossesse et l'allaitement en tandem

Suite au billet du 14 mai sur la composition du lait maternel, Sophie Gauthier aimerait savoir comment le lait change lors de l'allaitement en tandem, c'est-à-dire l'allaitement d'enfants d'âge différent.

Comme on l'a déjà vu, le lait maternel s'adapte aux besoins du bébé. Mais, que se passe-t-il quand on allaite deux enfants qui n'ont pas les mêmes besoins? C'est le défi qui se pose lorsqu'on poursuit l'allaitement pendant la grossesse et même après l'arrivée du nouveau bébé.

Contrairement au kangourou qui a une mamelle qui produit du lait mature pour le plus vieux des petits et une mamelle qui produit du lait adapté pour le nouveau-né, un tel système n'existe pas chez l'humain. Le corps de la mère se voit donc dans l'obligation de choisir quelle sera sa priorité pour les prochains mois et c'est le foetus qui a alors l'avantage.

Les changements hormonaux (en particulier l'augmentation de l'oestrogène) se produisant pendant la grossesse vont donc affecter la production de lait. Une des étapes importantes de la gestation est donc de préparer les glandes mammaire à produire du colostrum pour le nouveau-né. En effet, le nouveau-né a des besoins particuliers et le colostrum est nettement mieux adapté pour y répondre que le lait mature.

Bien sûr, ces changements importants de la glande mamaire affecteront l'allaitement en cours. D'une part, la production de lait va diminuer de façon importante chez 70 % des mères. Deuxièmement, la composition du lait va se rapprocher de plus en plus du colostrum c'est-à-dire que la concentration de lactose diminuera et celle de sodium augmentera. Cela affectera entre autres le goût du lait: celui-ci deviendra plus salé. Ceci, de même que la diminution du volume de lait, va amener plusieurs enfants à se désintéresser du sein. On estime qu'entre 57 et 69 % des enfants se sèvrent pendant la grossesse, habituellement pendant le second trimestre.

Par ailleurs, si l'enfant allaité est âgé de moins d'un an, il est possible que la quantité de lait que celui-ci reçoit ne soit plus suffisante à sa croissance. Dans un tel cas, il est donc important de bien surveiller le gain de poids pour être en mesure d'offrir des suppléments si nécessaire. Toutefois, malgré les changements dans la composition et le volume du lait, celui-ci conserve ces bienfaits immunologiques et continue de protéger le bambin contre certaines infections.

Au moment de la naissance et jusqu'à environ 3 jours post-partum, les quantités de colostrum ne sont toujours pas substantielles. Par conséquent, il est préférable de laisser le nouveau-né se nourrir en premier. Par ailleurs, il est bon de savoir que le colostrum et le lait de transition ont des propriétés laxatives et que cela peut donc causer temporairement des selles plus liquides chez le bambin.

Enfin, lorsque le lait mature fera son apparition, la production de la mère sera bien instaurée et le volume sera beaucoup plus important. De plus, comme la production suivra alors la loi de l'offre et de la demande, il y aura amplement de lait pour les deux enfants et ce, même si le bambin demande le sein fréquemment. Ce sera le début de l'aventure de l'allaitement en tandem!

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:
Lawrence, R. A., & Lawrence, R.M. (2005). Breastfeeding: A Guide for the Medical Profession (6th ed.). Philadelphie : Elsevier Mosby.

Mohrbacher, N. (2010) Breastfeeding Answers Made Simple. Amarillo: Hale Publishing.

Riordan, J., & Wambach, K. (2010). Breastfeeding and Human Lactation (4th ed.). Sudbury: Jones and Bartlett.



2 commentaires:

  1. Bonjour, Merci pour cet article. Je voudrais témoigner du fait que j'ai vécu cela avec ma fille aînée de 2.5 ans durant ma seconde grossesse. Et j'ai remarqué en effet que le débit de mon lait pour mon second enfant était bcp plus important que pour ma fille. "La machine" me semblait "rôdée" en qq sorte... mon fils est certainement de nature plus calme que ma fille, mais il était aussi plus rassasié, plus vite, et donc tétait seulement toutes les trois quatre heures dès la naissance. Alors que ma fille, une intense, tétait/tétouillait selon les moments, toutes les demi-heure depuis sa naissance, j'avais un débit faible je crois, c'était assez épuisant (car prenant et soulevant des questions?), et dormait bcp moins. Est ce que tout cela est connecté? je ne sais, mais je me dis que le débit de lait a qq à y voir.
    Co.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, si je ne me trompe pas, les mères qui ont déjà allaité un bébé dans le passé produisent plus de lait.

      Supprimer