21 mars 2014

La peur et la dépression

Donner naissance à un enfant constitue une expérience puissante qui peut même changer la vie d'une femme. Malheureusement, pour certaines futures mères, l'idée d'accoucher est une source d'anxiété intense. Selon des chercheurs finlandais, cette peur ne serait pas à prendre à la légère puisqu'elle augmenterait la fréquence de la dépression post-partum.

Dans leur étude réalisée auprès de 500 000 femmes, les scientifiques ont noté que celles dont le médecin a diagnostiqué une peur d'accoucher courraient trois fois plus de risque d'être dépressives après l'arrivée de leur bébé. Chez les femmes qui avaient déjà vécu une dépression dans le passé, cette crainte multipliait le risque de dépression par 5.

Ces résultats confirment ceux d'une méta-analyse démontrant que la dépression ou l'anxiété pendant la grossesse favorise la dépression post-partum. D'autres aspects comme un accouchement par césarienne, une naissance prématurée ou un nouveau-né avec une anomalie congénitale majeure sont aussi associés à une fréquence plus élevée de ce problème de santé mentale.

L'identification des facteurs de risque est très importante pour permettre aux professionnels de dépister efficacement les mères qui auront besoin d'une aide particulière après la venue de leur enfant. 

Surtout, ces résultats rappellent l'importance de changer notre façon de voir la naissance. Notre société présente en effet cette étape cruciale comme un mauvais moment à passer pour la mère. On ne s'étonne alors pas que 20 à 25 % des femmes enceintes canadiennes aient une peur significative de l’accouchement. Cette situation a malheureusement un impact direct sur la santé mentale des femmes et du fait même sur le développement de leur enfant. Un argument de plus pour le mouvement d'humanisation des naissances.

Références : 
University of Eastern Finland (2014, 3 janvier) Fear of childbirth predicts postpartum depression. EurekAlert. Consulté le 20 mars 2013

Haines H. M., Rubertsson C., Pallant J.F. and Hildingsson, I. (2012) The influence of women’s fear, attitudes and beliefs of childbirth on mode and experience of birth. BMC Pregnancy and Childbirth 12:55.
Räisänen S1, Lehto SM, Nielsen HS, Gissler M, Kramer MR, Heinonen S. (2013) Fear of childbirth predicts postpartum depression: a population-based analysis of 511 422 singleton births in Finland. BMJ Open. 3(11):e004047. doi: 10.1136/bmjopen-2013-004047.

3 commentaires:

  1. Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par "le médecin a diagnostiqué une peur d'accoucher"... Ne voudriez-vous pas dire "une phobie d'accoucher"? Parce que si on parle simplement d'une peur d'accoucher, j'ai l'impression que 100 % des femmes connaissent ça! Et aussi, il me semble qu'un médecin ne peut pas réellement diagnostiquer une peur; ça doit être plus significatif que ça pour que ça soit diagnostiqué, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici la conclusion des chercheurs : « Women without previous episodes of depression were at an increased risk of postpartum depression if adverse events occurred during the course of pregnancy, especially if they showed physician-diagnosed fear of childbirth. »
      Pour rester la plus fidèle possible aux conclusions de l'étude, j'ai choisi d'écrire « la peur d'accoucher ». Vous avez toutefois raison qu'on parle parfois d'une phobie de l'accouchement.
      Je ne partage toutefois pas votre opinion que 100 % des femmes ont peur d'accoucher. Pour un certain nombre de futures mères, l'accouchement représente un moment de joie et de prise de contrôle.

      Supprimer