18 mars 2014

Question de la semaine : Que faire quand bébé ne sait plus où donner de la tête?

Aujourd'hui, je réponds à la question d’Éloise : « Est-ce que les approches alternatives sont efficaces pour changer la présentation du bébé en siège? »

Les fœtus n'ont peut-être pas encore la tête dure, mais ils ont parfois la fâcheuse idée de ne pas se retourner pour sortir la tête la première comme c'est la coutume chez les êtres humains depuis bien longtemps. À peine 30 semaines d'existence et déjà anticonformiste!

Comme cette position peut entraîner des complications lors de l'accouchement et même mener à une césarienne, les médecins choisissent souvent de tourner eux-mêmes le bébé récalcitrant. Ils administrent alors un médicament à la mère pour relaxer l'utérus et placent manuellement, et de l'extérieur, le fœtus dans la bonne direction.

Il est toutefois possible d'utiliser des approches alternatives pour que le bébé en vienne à modifier lui-même sa position. Ces techniques veulent en effet d'encourager le bébé à bouger et lui donner plus d'espace pour qu'il se montre plus raisonnable.

Les techniques posturales
L'idée derrière cette approche est de demander à la mère de relaxer en plaçant son bassin plus haut que ses épaules. Par exemple, dans la position du pont passif de Bayer, elle est couchée sur le dos, les vertèbres lombaires surélevées de 30 à 35 cm et supportées par un coussin, pendant environ 20 minutes. Une autre possibilité, la position genu-pectorale, requiert que la femme se mette à genou puis s'incline vers l'avant pour déposer les avant-bras et les coudes sur le sol.

Six études de qualité (contrôlées, randomisées) ont été réalisées sur ces techniques. Ces études ne pouvaient toutefois pas être faites à l'aveugle et le nombre total de femmes étudiées était petit (417 au total). Selon des chercheurs du collectif Cochrane, ces techniques n'affecteraient pas le nombre de naissances en siège ni le taux de césarienne. Cependant, les chercheurs soulignent que le fait de commencer les méthodes posturales très tôt pendant la grossesse ou de faire l'exercice avec une vessie pleine pourrait en augmenter l'efficacité. Il serait toutefois prématuré de recommander cette approche à toutes les femmes dont le bébé est en siège.

L'acupuncture
D'après les acupuncteurs, il existe un point situé à proximité de l'angle externe du 5e orteil qui pourrait être utile dans les cas de siège. Lorsque celui-ci est stimulé, il activerait certaines terminaisons nerveuses qui pourraient provoquer des contractions utérines. Le fœtus réagirait alors en bougeant et pourrait donc se replacer dans la bonne position. De plus, il est possible de stimuler ce point grâce à la chaleur émise par la combustion d'une plante (Artemisia vulgaris), un procédé appelé moxibustion. Les acupuncteurs croient que cela permettrait de favoriser la production d'estrogènes et de prostaglandine.

Selon une revue Cochrane réalisée sur le sujet, il existe huit études contrôlées randomisées impliquant 1346 femmes qui analysent la moxibustion. D'après celles-ci, la technique seule n'influencerait pas les bébés en sièges, mais diminuerait l'utilisation d'ocytocine synthétique pendant l'accouchement. Par contre, si la moxibustion est combinée à l'acupuncture, elle semble réduire le taux de césarienne. Enfin, l'utilisation de la moxibustion de concert avec les stratégies posturales pourrait aider les bébés à se retourner.

La chiropractie
Dans le cas d'un siège, les chiropraticiens suggèrent parfois la technique de Webster qui vise à enlever les contraintes intra-utérines musculo-squelettiques. Elle comprend deux aspects. Tout d'abord, elle cherche à faire une correction au niveau des os du bassin pour favoriser le relâchement des ligaments pelviens, le mouvement des articulations sacro-iliaques et la rotation du sacrum. Ensuite, elle évalue les spasmes musculaires abdominaux. Selon une enquête postale réalisée auprès des membres de l'Association Internationale de Chiropraxie Pédiatrique, cette approche aurait un taux de succès de 92 %. À ce jour, il n'existe toutefois pas d'études cliniques sérieuses en analysant l'efficacité.

L'hypnose
L'hypnose pourrait aider un fœtus à se renverser en favorisant un relâchement général chez la mère et en diminuant la crainte et l'anxiété. D'après une petite étude de cas-contrôles réalisée auprès de 100 femmes, les bébés des femmes qui ont eu recours à l'hypnose se sont retournés dans 84 % des cas, comparativement à 48 % pour le groupe contrôle. Ce type d'étude ne permet toutefois pas de faire un lien de cause à effet puisque l'assignation des femmes à chaque groupe n'a pas été fait au hasard.

Comme pour la plupart des approches non médicales, il existe encore bien peu d'études pour juger de la fiabilité de ces techniques quand vient le temps de convaincre un bébé de se retourner. Des recherches bien exécutées permettront sans doute d'éclaircir la situation dans le futur.

Il faut toutefois mentionner que même sans intervention, 57 % des fœtus qui sont en siège à 32 semaines se retourneront gentiment eux-mêmes. La patience est peut-être une bonne attitude à avoir lorsque notre bébé choisit de faire à sa tête. Sinon, il est possible de tenter le coup si la mère est intéressée, quitte à utiliser une méthode plus directe, comme la version externe, vers 36 semaines si le bébé persiste dans sa position.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse. (N'étant pas médecin, il ne m'est pas possible de répondre à des questions médicales sur l'état de santé d'une mère ou d'un bébé. Si vous éprouvez des inquiétudes à ce sujet, contactez plutôt un professionnel de la santé.)

Références :
Boog G.(2004) Les méthodes alternatives à la version par manoeuvre externe en cas de présentation du siège. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris).33(2):94-8.

Coyle ME1, Smith CA, Peat B. (2005) Cephalic version by moxibustion for breech presentation. Cochrane Database Syst Rev. 2005 Apr 18;(2):CD003928.

Coyle ME1, Smith CA, Peat B. (2012) Cephalic version by moxibustion for breech presentation. Cochrane Database Syst Rev. 2012 May 16;5:CD003928. doi: 10.1002/14651858.CD003928.pub3.

Hofmeyr GJ1, Kulier R. (2012) Cephalic version by postural management for breech presentation. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Oct 17;10:CD000051. doi: 10.1002/14651858.CD000051.pub2.

Mehl LE. (1994) Hypnosis and conversion of the breech to the vertex presentation. Arch Fam Med. 3(10):881-7.

Pistolese RA. (2002) The Webster Technique: a chiropractic technique with obstetric implications. J Manipulative Physiol Ther. 25(6):E1-9.

Roecker CB. (2013) Breech repositioning unresponsive to Webster technique: coexistence of oligohydramnios. J Chiropr Med. 12(2):74-8. doi: 10.1016/j.jcm.2013.06.003.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire