28 octobre 2013

Question de la semaine : La pleine lune favorise-t-elle les grossesses?

Aujourd'hui, j'aborde un sujet qui m'a été inspiré par Manon St-Martin : la pleine lune et la fertilité humaine.

La nuit est noire et pleine de frayeurs. Pendant des milliers d'années, la lune a constitué la seule source de lumière nocturne et lorsqu'elle était pleine, elle inondait le monde de sa clarté réconfortante. Peut-on vraiment s'étonner alors qu'on lui prête les vertus les plus fabuleuses comme celles d'améliorer la fécondité ou de déclencher les accouchements? Même si maintenant la lueur des lampadaires a fait fuir les derniers recoins de ténèbres, on s'interroge encore sur le rôle de la lune sur la reproduction.

Dans l'espoir de trouver des bases scientifiques à cette croyance bien enracinée dans plusieurs cultures humaines, des chercheurs ont proposé des mécanismes pour expliquer comment la lune pourrait régler la conception des bébés. Certains ont suggéré des processus pour le moins ésotériques comme les rythmes naturels de radiations électromagnétiques qui influenceraient les taux de mélatonine, l'hormone du sommeil. D'autres y vont d'explications plus précises. Notre corps se composant à 80 % d'eau, il serait soumis lui aussi à l'attraction gravitationnelle de la lune à la manière des marées de l'océan.

Malheureusement pour les romantiques, ces théories ne tiennent pas la route. D'une part, les forces gravitationnelles responsables des marées dépendent de la distance entre la terre et la lune et aussi de l'alignement entre la lune, le soleil et la terre. Les phases de la lune n'ont aucun impact et la pleine lune elle-même n'a pas un effet gravitationnel particulier. De plus, ces forces sont en fait très faibles. Si à l'échelle d'un océan elles peuvent causer les marées, elles n'ont pas le même effet sur les petites étendues d'eau comme les lacs. On imagine difficilement dans ce cas comment la lune pourrait créer des marées à l'intérieur d'un être humain!

Malgré tout, renoncer à une vision si poétique de l'univers est difficile. Plusieurs chercheurs ont donc tenté de prouver que la fécondité était bel et bien soumise au cycle de la lune. Quelques-uns prétendent même avoir démontré un effet faible, mais non négligeable sur l'ovulation, les menstruations ou la naissance des bébés. Ces résultats ne résistent toutefois pas à une analyse plus rigoureuse : impossible de reproduire ces expériences ou de s'entendre sur la phase de la lune ayant un impact sur la fécondité.

Pour mettre fin à la controverse, des chercheurs ont entrepris de réviser toutes les études réalisées sur le sujet entre 1975 et 2008. Leur conclusion : il n'existe aucune preuve scientifique solide permettant de conclure que les cycles de la lune influencent la reproduction humaine.

Devant l'absence de mécanismes possibles et l'impossibilité de démontrer de réels effets sur la population, il faut se résoudre à l'évidence. À part augmenter le romantisme d'un souper aux chandelles, la pleine lune ne joue aucun rôle dans la conception des bébés.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le développement de l'enfant? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse. (N'étant pas médecin, il ne m'est pas possible de répondre à des questions médicales sur l'état de santé d'une mère ou d'un bébé. Si vous éprouvez des inquiétudes à ce sujet, contactez plutôt un professionnel de la santé.)

Références: 
Arliss JM, Kaplan EN, Galvin SL. (2005) The effect of the lunar cycle on frequency of births and birth complications. Am J Obstet Gynecol. 2005 May;192(5):1462-4.
Bueno A, Iessi IL, Damasceno DC. [Influences of lunar cycle in labor: myth or scientific finding?]. Rev Bras Enferm. 2010 May-Jun;63(3):477-9.

Das S, Dodd S, Lewis-Jones DI, Patel FM, Drakeley AJ, Kingsland CR, Gazvani R. (2005) Do lunar phases affect conception rates in assisted reproduction? J Assist Reprod Genet. 22(1):15-8.

Foster RG, Roenneberg T. (2008) Human responses to the geophysical daily, annual and lunar cycles. Curr Biol. 18(17):R784-R794. doi: 10.1016/j.cub.2008.07.003.

Zimecki M.(2006) The lunar cycle: effects on human and animal behavior and physiology. Postepy Hig Med Dosw (Online). 60:1-7.

2 commentaires:

  1. Caroline Guénette28 octobre 2013 à 18:04

    La controverse existe aussi sur le rôle de la lune dans le début des accouchements. Alors... la conclusion est-elle identique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, aucun effet sur la fertilité ou sur les accouchements n'a été démontré.

      Supprimer