9 août 2013

L'ostéopathie et le nouveau-né

L'ostéopathie est de plus en plus populaire auprès des nouveaux parents. Caroline Cressens, ostéopathe, explique aujourd'hui les principes derrière cette pratique et comment elle peut être utilisée chez les nouveau-nés.

par Caroline Cressens, Ostéopathe spécialisée auprès des bébés, femmes enceintes et troubles de fertilité

C’est aux États-Unis, en 1874, après 10 ans de recherche, qu’Andrew Taylor Still crée l’ostéopathie dans le but de traiter les patients dans leur globalité, en recherchant les causes de leurs dysfonctions plutôt que de se contenter de traiter les symptômes.

Décrié par ses pairs, il connut cependant un grand succès auprès de ses patients en restaurant l’équilibre dynamique des structures et la qualité des fonctions naturelles de l’organisme. En France et en Belgique, l’ostéopathie est depuis quelques années  reconnue par le gouvernement.
Au Canada, le Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal, est considérée comme une excellente référence internationale d’enseignement et de recherche en ostéopathie traditionnelle car elle regroupe tous les champs d’action de l’ostéopathie. Les élèves de ce collège utilisent une méthodologie clinique englobant les différentes méthodes thérapeutique afin de répondre aux besoins spécifiques de chaque patient.

L’ostéopathie est donc une médecine manuelle qui a pour principal but thérapeutique de rétablir la mobilité et les fonctions de l’organisme en traitant les causes des douleurs, des symptômes et des troubles fonctionnels. Pour cela, l’ostéopathe utilise la qualité et la finesse de sa palpation afin de déceler la position, la mobilité et la qualité des tissus.

L’objectif de l’exercice professionnel de l’ostéopathie est de remettre en mouvement les structures du corps (os, articulations, ligaments, muscles, tendons, organes, viscères, sutures crâniennes, etc.) qui sont en restrictions ce qui permet une libération de la circulation sanguine et lymphatique et favorise les échanges métaboliques entre tous les systèmes de votre corps. Ceci permet également de meilleures interrelations et régulations entre les différents systèmes du corps humain. Pour ce faire, le patient est toujours traité dans sa globalité.

Les techniques ostéopathiques sont innombrables et différentes d’une personne à l’autre. L’ostéopathe, tel un ingénieur du corps humain s’adaptera à chaque personne et fera à chaque fois un traitement unique.

L’ostéopathie et le jeune enfant
Depuis 1982, il existe une Fondation pour l’Enseignement et la Recherche en Ostéopathie qui a pour but de soigner de jeunes enfants âgés de 0 à 5 ans qui présentent des dysfonctions neuromotrices. On reconnaît en effet de plus en plus l’efficacité de l’ostéopathie pour traiter certains problèmes chez le jeune enfant.

Par exemple, des études ont démontré l'efficacité des traitements ostéopathiques pour diminuer les asymétries crâniennes chez les nourrissons souffrant du syndrome de la tête plate, appelé aussi plagiocéphalie. Selon certains auteurs, la palpation par un ostéopathe permettrait même de détecter les bébés à risque de développer cette condition.

De plus, bien que leur méthode expérimentale comportait certaines lacunes, certaines études indiqueraient que les traitements ostéopathiques contribuent à réduire les pleurs chez les bébés souffrant de coliques. Enfin, on rapporte certains cas où l'ostéopathie a permis de régler des difficultés d’allaitement lors de la mise au sein. Il existe aussi une étude à Sherbrooke qui semble démontrer l’efficacité sur les otites.

Il peut donc être avantageux pour  un nouveau-né d’être vu tôt par un ostéopathe, que ce soit pour un problème ou par prévention.

---

Caroline Cressens a fini ses 5 années d'études d'ostéopathie en 1998 et est diplomée du Collège d'études ostéopathiques de Montréal depuis  2002. Elle est membre de l'Association des Ostéopathes du Québec depuis 1997, et maintenant membre d'OSTÉOPATHIE QUÉBEC regroupant 1000 ostéopathes du Québec. Mère de 3 enfants de 9,12 et 15 ans et passionnée de périnatalité, elle s'est rapidement spécialisée auprès de bébés, enfants et femmes enceintes. Depuis 8 ans, elle travaille aussi avec des couples au prise avec des troubles de fertilité. Elle est actuellement superviseur d'étudiants  à la clinique externe du Collège d'études ostéopathiques de Montréal, et assistant de professeur. Visitez son site web à l'adresse www.osteopathe.vpweb.fr

Références:
Lessard S, Gagnon I, Trottier N.(2011) Exploring the impact of osteopathic treatment on cranial asymmetries associated with nonsynostotic plagiocephaly in infants. Complement Ther Clin Pract.17(4):193-8. doi: 10.1016/j.ctcp.2011.02.001. Epub 2011 Mar 5.

Sergueef N, Nelson KE, Glonek T. (2006) Palpatory diagnosis of plagiocephaly. Complement Ther Clin Pract. ;12(2):101-10. Epub 2006 Mar 29.

Dobson D, Lucassen PL, Miller JJ, Vlieger AM, Prescott P, Lewith G. (2012) Manipulative therapies for infantile colic. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Dec 12;12:CD004796. doi: 10.1002/14651858.CD004796.pub2.

Lund GC, Edwards G, Medlin B, Keller D, Beck B, Carreiro JE. (2011) Osteopathic manipulative treatment for the treatment of hospitalized premature infants with nipple feeding dysfunction. J Am Osteopath Assoc. 2011 Jan;111(1):44-8.

Site web du Collège d'Études Ostéopathiques: http://www.osteopathie-canada.ca/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire