12 juillet 2013

Effet des herbes sur l'allaitement: le mystère persiste!

Presque toutes les mères qui allaitent ont déjà entendu dire que certaines herbes augmentaient la production de lait. Plusieurs d'entre elles les ont même déjà essayées. Cependant, que sait-on réellement de l'efficacité de ces traitements alternatifs? Selon une étude publiée dans le Journal of Human Lactation, très peu de choses.

Devant la popularité grandissante de ces remèdes, deux chercheuses de Chicago ont entrepris de recenser toutes les études sérieuses réalisées au sujet des herbes et de l'allaitement. On peut bien sûr trouver plusieurs mères qui croient que les herbes ont sauvé leur allaitement mais quand on veut trouver une étude contrôlée où les femmes sont réparties au hasard entre un groupe qui reçoit des herbes et un groupe qui n'en reçoit pas (ce qu'on appelle dans le jargon scientifique une étude contrôlée randomisée), c'est une autre paire de manche.

En effet, les chercheuses n'ont trouvé que six études de ce genre dans toute la littérature scientifique. Parmi ces études, cinq d'entre elles concluent à une certaine efficacité des herbes suivantes: le shatavari, le torbangun, le Xiong-gui-tiao-xue-yin, le chardon-marie (grâce à son ingrédient actif, la sylimarine) et le fenugrec. La sixième étude, par contre, conclut plutôt à l'inefficacité du Shatavari!

À première vue, on pourrait croire que ces études démontrent enfin l'efficacité de certaines herbes. Malheureusement, lorsque les chercheuses ont évalué de plus près la méthodologie de ces analyses, elles on conclut qu'il y avait plusieurs problèmes dans le design expérimental, ce qui remet sérieusement en doute les conclusions obtenues.

Par exemple, dans l'étude qui conclut à l'efficacité du fenugrec, on a en fait utilisé un mélange de plusieurs herbes plutôt que du fenugrec purifié. Comment peut-on alors être certain que l'effet est dû au fenugrec? De plus, dans plusieurs études, on a étudié l'impact de ces herbes sur les niveaux de prolactine. Pourtant, bien que la prolactine soit une hormone importante pour l'initiation de l'allaitement, on sait maintenant qu'il n'y que très peu de liens entre ses niveaux et la production de lait, surtout lorsque l'allaitement est démarré depuis quelques temps. Enfin, aucune étude n'a contrôlé la gestion de l'allaitement, c'est-à-dire la fréquence et le déroulement des tétées, et ce malgré le fait qu'il s'agit du principal facteur influençant la production de lait.

Par ailleurs, on sait depuis longtemps que les résultats des études sur les herbes sont parfois contradictoires. Ce problème vient en grande partie du fait que la formulation (tisane, capsule, teinture, etc.) et le dosage varie souvent énormément d'un rapport à l'autre. De plus la façon de décrire l'allaitement et les herbes n'est pas toujours constante.

Pour toutes ces raisons, les chercheuses de Chicago concluent qu'il n'y a toujours pas suffisamment de données solides pour recommander les herbes pour augmenter la production de lait. Cependant, quand on sait que plusieurs consultantes le font régulièrement dans leur pratique et que 15 % des femmes allaitantes américaines utilisent ces remèdes, cette situation est problématique. Il est donc grand temps qu'une étude sérieuse et bien conçue soit réalisée. Professionnelles de l'allaitement, le défi est lancé!

Pour en savoir plus sur l'utilisation des herbes pendant l'allaitement:
Comment fonctionnent les herbes favorisant la production de lait?
Une plus grande prudence avec les herbes favorisant la lactation

Référence:
Mortel M, Mehta SD. Systematic review of the efficacy of herbal galactogogues. J Hum Lact. 2013 May;29(2):154-62. doi: 10.1177/0890334413477243. Epub 2013 Mar 6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire