4 février 2013

Question de la semaine: Peut-on connaître des problèmes de glande thyroïde pendant la grossesse?

Cette semaine, je réponds à la question de Nathalie: "Je viens de subir une prise de sang de routine (je suis à 10 semaines dans ma 3e grossesse) et voilà que mon TSH serait un peu élevé à 3.25. J'aimerais avoir plus d'information sur les problèmes de la glande thyroïde pendant la grosssesse."

Un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde est assez courant pendant la grossesse. Lorsque la glande thyroïde ne fonctionne pas assez, on parle d'hypothyroïdie. De 2 à 3 % des femmes enceintes développeront cette condition. Au contraire, lorsque la glande est trop active, on parle alors d'hyperthyroïdie. Ce problème de fonctionnement est toutefois plus rare, affectant seulement 0,1 à 0,4 % des grossesses.

On sait que le fonctionnement de la thyroïde est influencé par le déroulement de la grossesse. Par exemple, dès le début de celle-ci, la glande thyroïde grossit et devient plus riche en vaisseaux sanguins. Cela serait due à l'hormone HCG qui est produite par l'embryon (et plus tard par le placenta), l'hormone même qu'on détecte avec un test de grossesse. Celle-ci, parce qu'elle ressemble à l'hormone TSH (une hormone stimulant normalement la thyroïde), pourrait favoriser la croissance de cette glande.

Ces modifications de la thyroïde vont bien sûr affecter son fonctionnement. Normalement, celle-ci produit une hormone appelée T4. En présence d'iode, l'hormone T4 est transformée en hormone T3. C'est l'hormone T3 qui est ensuite responsable de stimuler le métabolisme du corps. On sait que la disponibilité de l'iode est moindre pendant la grossesse. Cela pourrait donc avoir un impact sur la production de l'hormone T3.

Par ailleurs, les hormones T3 et T4 sont transportées dans le sang par la protéine TBG. Pendant la grossesse, on observe qu'il y a davantage d'hormones T3 et T4 dans le sang. Cela s'explique par le fait que l'estrogène produit pendant la grossesse fait augmenter la production de TBG par 2 ou 3 fois.

Détecter les anomalies
S'il est normal de connaître ces modifications de l'activité de la thyroïde pendant la grossesse, il ne faut toutefois pas que celles-ci soient trop importantes. En effet, un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde a été associé à un risque plus élevé de fausses couches et d'accouchements prématurés de même qu'à une fréquence plus grande de décollement du placenta. Par ailleurs, l'hypothyroïdie non-traitée peut causer de l'hypertension chez la mère et, dans certains cas, une diminution du QI chez l'enfant.

Il est possible de détecter les problèmes associés à la glande thyroïde grâce à l'évaluation des taux de TSH sanguin. Cette mesure est en effet reproductible et fiable. Si le fonctionnement est normal, le niveau de TSH devrait être le suivant:
Premier trimestre: entre 0,1 et 2,5 mUI/L
Second trimestre: entre 0,2 et 3,0 mUI/L
Troisième trimestre: entre 0,3 et 3,0 mUI/L

Lorsqu'une femme souffre d'hypothyroïdie, son niveau de TSH est élevé car le corps essaie, sans succès, de stimuler la production d'hormones T3 et T4. Les causes principales d'hypothyroïdie chez la femme enceinte sont le manque d'iode ou une thyroïdite auto-immune. Cette condition signifie que le propre système immunitaire de la femme attaque et détruit une partie des cellules de sa thyroïde. Pour traiter l'hypothyroïdie, on tentera de rétablir des taux normaux d'hormones grâce à la prise de médicaments comme la levothyroxine (commercialisée sous le nom de Synthroid).

Au contraire si une femme est en hyperthyroïdie, son taux de TSH sera presque nul car la surproduction d'hormones thyroïdiennes en bloquera la production. Pendant la grossesse, il existe deux causes principales d'hyperthyroïdie. Premièrement, il peut s'agir d'une condition déjà présente avant la grossesse et connue sous le nom de maladie de Basedow ou de Graves. Deuxièmement, certaines femmes peuvent vivre de l'hyperthyroïdie transitoire associée à des vomissements excessifs. Cette condition ne dure habituellement que jusqu'à la fin du premier trimestre. Dans un cas comme dans l'autre, le traitement consistera à rétablir des taux d'hormones normaux grâce à la prise d'un médicament comme le propylthiouracil.

En conclusion, pendant la grossesse, un certain nombre de femmes connaîtront un mauvais fonctionnement de leur glande thyroïde. Heureusement, ces conditions peuvent être détectées par des prises de sang et il est alors possible de les traiter pour éviter des conséquences négatives pour la mère et l'enfant.

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.


Références:
Cignini P, Cafà EV, Giorlandino C, Capriglione S, Spata A, Dugo N. (2012) Thyroid physiology and common diseases in pregnancy: review of literature. J Prenat Med. 6(4):64-71.

El Baba KA, Azar ST. (2012) Thyroid dysfunction in pregnancy. Int J Gen Med. 2012;5:227-30. doi: 10.2147/IJGM.S27009. Epub 2012 Mar 6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire