18 janvier 2013

L'effet du lactose sur le système immunitaire du bébé

Les propriétés immunologiques du lait maternel ne sont plus remises en doute depuis longtemps. Toutefois, les mécanismes les expliquant ne sont pas encore complètement compris. Heureusement, une équipe de chercheurs de la Suède, du Japon et de l'Islande a récemment identifié un nouveau facteur pouvant stimuler le système immunitaire de l'enfant: le lactose.

Une molécule de lactose
En effet, ces chercheurs ont d'abord remarqué que le lait maternel stimulait la production d'une petite molécule appelée AMP par les cellules épithéliales de même que par les macrophages (cellules du système immunitaire dont le rôle est d'ingérer les débris cellulaires et les microorganismes étrangers). Cet effet était également plus marqué pour le lait mature que pour le colostrum.

Les chercheurs ont alors testé différentes fractions de lait et on ainsi pu déterminer que la composante responsable de cet effet était le lactose. Cette découverte est cohérente avec le fait que le colostrum soit moins efficace que le lait mature pour stimuler la production d'AMP. En effet, le colostrum contient moins de lactose que le lait mature. Par ailleurs, il semblerait que d'autres sucres pourraient avoir un effet semblable.

Les AMP sont des molécules essentielles à la fois pour combattre les infections mais aussi pour favoriser l'établissement d'une bonne flore intestinale. En stimulant les cellules de l'enfant à produire un type d'AMP, le lait maternel jouerait donc un rôle à ces deux niveaux. Par conséquent, cette découverte mettrait en lumière une des raisons expliquant l'impact du lait maternel sur le type de bactéries présentes dans l'intestin du nouveau-né.

Cette étude permet donc d'identifier une nouvelle fonction pour le lactose du lait maternel. Cependant, il reste encore bien des choses à éclaircir. Par exemple, on sait que le lactose est digéré en glucose et en galactose dans l'intestin. Pourtant, une molécule doit être intacte pour exercer ses fonctions. Est-il possible qu'une portion du lactose agisse avant d'être digéré? Est-ce que la combinaison du glucose et du galactose pourrait jouer le même rôle?

Les résultats rapportés ici sont un bon exemple du processus de recherche. En effet, même si les journalistes scientifiques décrivent souvent le travail des chercheurs comme un cheminement linéaire faisant avancer inexorablement nos connaissances, chaque découverte amène souvent plus de questions que de réponses et nous obligent à reconsidérer les certitudes que nous avions sur un sujet.

Référence:
Cederlund A, Kai-Larsen Y, Printz G, Yoshio H, Alvelius G, et al. (2013) Lactose in Human Breast Milk an Inducer of Innate Immunity with Implications for a Role in Intestinal Homeostasis. PLoS ONE 8(1): e53876. doi:10.1371/journal.pone.0053876

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire