26 novembre 2012

Question de la semaine: Les laits végétaux sont-ils dangereux pour les bébés?

Aujourd'hui, je réponds à la question de Valérie Bélanger: Les laits végétaux sont-ils dangereux pour les bébés et à partir de quel âge peut-on leur en donner? Peut-on en offrir si le bébé est encore allaité?


Tout d'abord, il est important de faire la différence entre les laits végétaux et les préparations commerciales pour nourrissons à base de végétaux. En effet, les préparations commerciales pour nourrissons à base de soya ou de riz sont supplémentées avec différents nutriments qui leur permettent de mieux répondre aux besoins du bébé.

Le problème vient plutôt des laits végétaux non-conçus pour les nourrissons. Plusieurs professionnels considèrent en effet qu'ils ne sont pas assez complets pour répondre aux besoins d'un bébé.

Par exemple, on sait qu'un bébé entre 6 et 12 mois a besoin de 11 g de protéines, de 30 g de gras et de 95 g de glucides par jour. Toutefois, un bébé qui consommerait 900 ml (c'est-à-dire environ la quantité maximale de lait qu'un bébé peut consommer à chaque jour) de boisson de soya non-sucré enrichie recevrait seulement 14 g de gras et 14 g de glucides. La même quantité de lait de riz enrichi ne contient que 7,2 g de glucides et à peu près aucune protéine. Enfin, pour le lait d'amandes enrichi, on parle de 3,6 g de protéines, de 8 g de gras et de 28,8 g de glucides. On voit donc que si le bébé ne consomme que ce type de boissons, il ne recevra pas suffisamment de nutriments pour bien se développer.

À partir d'un an, les besoins en gras diminuent et la boisson de soya enrichie peut alors être une option valable à condition de ne pas utiliser une version non sucrée et seulement si le bébé a une alimentation variée. Le lait de riz et le lait d'amandes, par contre, demeurent tout de même inadéquats à cause de leur faible quantité de protéines. Par conséquent, si on souhaite offrir des laits végétaux à notre enfant, il faut s'assurer que le reste de son alimentation comble ces manques. L'enfant devrait donc avoir une alimentation variée riche en protéines ce qui est rarement le cas des enfants de moins de 2 ans.

Si notre bébé est toujours allaité, le lait maternel pourrait en théorie combler une partie de ses besoins à condition que la fréquence des tétées soit suffisante. Toutefois, considérant que le lait maternel contient environ 10,5 g de protéines par litre, un enfant de plus de 6 mois devrait consommer environ 1 litre de lait maternel en plus du 900 ml de lait de riz ou 700 ml de lait maternel en plus du 900 ml de lait d'amandes. En pratique, il est impossible qu'un enfant consomme cette quantité de liquide dans une même journée. Par conséquent, si on offre un de ces laits végétaux à notre bébé, il est probable que cela diminuera sa consommation de lait maternel ce qui contribuera alors à créer une carence en protéines.

Par ailleurs, ce type de carence ne devrait pas être pris à la légère puisqu'elle peut causer des problèmes de santé sérieux. Il existe en effet plusieurs cas rapportés dans la littérature scientifique d'importants retards de croissance, d'anémie et d'autres troubles métaboliques associés à la consommation de lait de riz et de lait d'amandes chez de jeunes enfants dont l'alimentation était très peu diversifiée.

En conclusion, les laits végétaux ne devraient pas être utilisés avant l'âge d'un an car ils ne contiennent pas suffisamment de protéines ou de gras pour le développement normal de l'enfant. De plus, même à partir d'un an, les laits de riz ou d'amandes ne devraient pas se substituer au lait maternel, au lait de vache ou au lait de soya enrichi si l'enfant n'a pas une alimentation très riche en protéines.


Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:
Fourreau D, Peretti N, Hengy B, Gillet Y, Courtil-Teyssedre S, Hess L, Loras-Duclaux I, Caron N, Didier C, Cour-Andlauer F, Heissat S, Lachaux A, Javouhey E. (2012) Pediatric nutrition: Severe deficiency complications by using vegetable beverages, four cases report.  Presse Med. S0755-4982(12)00484-8.

Institut national de santé publique du Québec (2012) Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans. 736 pages, ISBN : 978-2-550-63187-3

Michael D. Keller, Michele Shuke, Jennifer Heimall and Antonella Cianferoni. (2012) Severe Malnutrition Resulting from Use of Rice Milk in Food Elimination Diets for Atopic Dermatitis. IMAJ, 14: 40-42.

Koo WW, Lasekan JB.(2007) Rice protein-based infant formula: current status and future development. Minerva Pediatr. 59(1):35-41.

Santé Canada (2010) Apports nutritionnels de référence. 13 p.

Santé Canada (2008) Valeur nutritive de quelques aliments usuels. Ottawa, 60p.

Silk. Boisson d'amandes Silk True Almond Originale: Valeur nutritive. Site consulté le 25 novembre 2012.

Tierney EP, Sage RJ, Shwayder T. (2010) Kwashiorkor from a severe dietary restriction in an 8-month infant in suburban Detroit, Michigan: case report and review of the literature.
Int J Dermatol.49(5):500-6.


10 commentaires:

  1. Après avoir décelé une intolérance au lactose chez ma fille, je lui ai donné du lait d'amande 1 semaine avant de découvrir le lait de chèvre qui me semblait la meilleure alternative pour elle. Je suis contente de l'avoir fait quand je lis ici la carence qu'elle aurait pu avoir!

    RépondreSupprimer
  2. le lait de soya contient des ostrogenes naturelles qui peuvent debalancer les hormones des enfants filles et garcons, je vous fouille la references

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce billet, je me suis concentrée sur l'aspect nutritionnel des laits végétaux mais vous avez raison que certaines personnes s'inquiètent de l'effet des phytoestrogènes contenues dans ces boissons sur le développement des enfants.

      Supprimer
  3. J'offre du lait de riz à mon fils depuis que nous avons cessé l'allaitement, à 11 mois et demie. Il est allergique aux produits laitiers et je crains les produits de soya en trop grande quantité pour les raisons que vous mentionnées. Mon fils est un grand mangeur de viande pour son âge et je suis peu inquiète de son apport en protéines, quoique votre billet si bien documenté me fasse un peu douter. J'ai mentionné à deux médecins différents que je lui donnais du lait de riz enrichi de calcium et de vitamines et je lui donne aussi un supplément de Vitamine D. Chaque fois, les médecins ont dit que c'était correct mais ont aussi suggéré du lait de soya. J'ai eu tellement de misère à sevrer ce bébé et à comprendre ce qui n'allait pas chez lui (reflux, eczéma, troubles de sommeil) et qui était causé par les produits laitiers et autres allergies (oeufs, petits pois) que je préfère rester avec mon lait de riz...Merci beaucoup pour ce billet très instructif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lait de riz peut en effet être une option pour les enfants très allergiques. Comme vous le mentionnez,il faut alors s'assurer que l'apport en protéines vient des autres aliments. Le suivi par un professionnel peut aussi être nécessaire pour nous aider à gérer cette alimentation particulière.

      Supprimer
    2. Oui, nous attendons avec impatience les tests d'allergie pour mon fils, tests qu'il subira...le 10 janvier, soit 8 mois après que j'ai détecté son allergie! Le système de santé anglais ressemble donc à s'y méprendre au système québécois en ce qui concerne les délais...

      Supprimer
  4. Enfin si on s'inquiète des phytoestrogènes contenues dans certains végétaux dont le soja, il faudrait d'abord s'inquiéter des hormones animales beaucoup plus actives contenues dans les produits laitiers, non?
    C'est certain que les bébés en dessous de 2 ans ont tant besoin de viande que cela? Comment faisait-t-on au siècle dernier où la viande n'était présente dans les familles que le dimanche? Les bébés étaient tous en carence?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison que l'utilisation d'hormones et d'antibiotiques dans l'alimentation animale est inquiétante. Il faut toutefois mentionner que pour le lait de vache, les niveaux d'antibiotiques et d'hormones sont suivis très rigoureusement pendant la production et, en principe, ces produits ne devraient pas être présents en quantité suffisante pour créer des problèmes. Ce n'est pas le cas de la viande toutefois.

      Pour les enfants du siècle dernier, il faut considérer plusieurs aspects. D'une part, ces enfants étaient allaités plus longtemps, ils pouvaient donc aller chercher une partie de leurs protéines dans le lait maternel. Deuxièmement, la viande étant très riche en protéine (environ 20 g par portion), même une petite quantité peut répondre aux besoins de l'enfant. Troisièmement, la viande n'est pas la seule source de protéine. Les légumineuses comme les pois cassés ou les fèves en contiennent beaucoup et faisaient souvent partie de l'alimentation à l'époque. Enfin, il faut aussi mentionner que la mortalité infantile était beaucoup plus importante à l'époque. Si une grande partie de cette mortalité était due aux maladies infectieuses, on peut quand même supposer qu'un certain nombre d'enfants étaient malnourris.

      Supprimer
  5. Tardivement, je lis ce billet sur les laits végétaux. Je suis toujours confuse sur la différence entre les préparations commérciales à base des végétaux et les lait végétaux. Donc, les préparations pour nourrissons, à base de riz, sont correctes pour les nouveau-nés? Assez de protéines, gras, et glucides? Dans ce cas, pourquoi offrir les boissons végétaux quand un bon produit existe déjà, bien adapté? Cette question est posée parce qu'une maman/client, qui n'a pas assez du lait maternel, supplément avec une préparation à base du riz. J'avais appris auparavant que ce lait n'était pas adapté, comme les boissons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les préparations pour nourrissons à base de riz sont plus complètes que les boissons végétales puisque les fabricants ajoutent les nutriments nécessaires à la croissance des bébés. Ce n’est pas le cas des boissons végétales. Les préparations à base de riz peuvent donc être adéquates pour certains bébés avec des besoins spéciaux et qui ne peuvent pas être allaités. Les boissons végétales, elles, devraient être considérées simplement comme un jus.

      Supprimer