23 novembre 2012

Les impacts des "baby bonus"


Depuis quelques décennies, on assiste à un déclin de la fertilité dans les pays industrialisés. Cette situation a donné naissance à différents incitatifs pour encourager les familles à avoir davantage d'enfants. En Australie, par exemple, on remet une certaine somme d'argent à une famille suite à la naissance ou à l'adoption d'un bébé.  Des chercheurs ont toutefois voulu en savoir plus sur l'effet de ce "baby bonus".

Les chercheurs ont d'abord comparé le nombre de naissances avant et après l'implantation du "baby bonus". Cette mesure a permis d'observer une augmentation globale des naissances d'environ 12%. Toutefois, l'effet était plus important auprès des mères de 20 à 24 ans où on a assisté à une augmentation de 26,3%. L'augmentation était aussi plus marquée chez les familles habitant dans des régions éloignées avec 32,4%.

Par ailleurs, les chercheurs ont remarqué que la proportion de famille de trois ou quatre enfants a augmenté suite  à l'implantation du "baby bonus".

Cette mesure semble aussi avoir eu un impact sur le type d'hôpital lors de l'accouchement (public vs privé) et sur le type d'accouchement. En effet, suite à l'implantation de cette mesure, la proportion d'accouchements dans un hôpital public et d'accouchement vaginal était plus élevée que ce à quoi les chercheurs s'attendaient.

Les chercheurs croient que cette observation s'explique principalement par le fait que les femmes les plus influencées par le "baby bonus" sont les femmes de 20 à 24 ans. Ces femmes étant moins souvent couvertes par un régime d'assurance-santé privé, elles ont en effet plus tendance à accoucher au public et on sait que les hôpitaux publicsont un taux d'accouchement vaginal plus élevé que les hôpitaux privés.

Par conséquent, un effet négatif du "baby bonus" soulevé par les chercheurs est la surcharge du système public puisque l'augmentation des naissances a eu lieu principalement dans les hôpitaux publics.

Cette étude est donc une belle démonstration des impacts d'une politique nataliste sur le système de santé et sur les soins obstétricaux. Les politiques sociales, tout comme les politiques économiques d'ailleurs, et les soins de santé sont en quelques sortes des vases communicants. Si les gouvernements veulent procéder à des changements, ils doivent s'assurer d'octroyer les ressources nécessaires pour pallier aux nouveaux besoins ainsi créés.

Référence:
Einarsdo´ ttir K, Langridge A, Hammond G, Gunnell AS, Haggar FA, et al. (2012) The Australian Baby Bonus Maternity Payment and Birth Characteristics in Western Australia. PLoS ONE 7(11): e48885. doi:10.1371/journal.pone.0048885

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire