1 octobre 2012

Question de la semaine: Qu'est-ce que l'hygiène naturelle?

Cette semaine, je discute d'un sujet proposé par Julie Mermillod: l'hygiène naturelle.

En 1962, le pédiatre Terry Brazelton a écrit un article sur l'entraînement à la propreté où il avançait que les enfants n'étaient pas prêts physiologiquement à être propre avant l'âge de 18 mois. C'est sur cette prémisse que se basent les approches d'entraînement à la propreté depuis 50 ans.

Toutefois, certaines personnes remettent en doute cette affirmation. D'une part, les nouveau-nés expérimenteraient des sensations au niveau de la vessie qui peuvent être détectée dans les zones corticales du cerveau. Par ailleurs, les enfants vivant en Afrique sont propres beaucoup plus tôt que les enfants occidentaux. En effet, dans certaines tribus est-africaines, la propreté est atteinte à l'âge de 4 à 6 mois. De plus, certaines études semblent indiquer que plus l'apprentissage de la propreté se fait tard, plus les risques de problèmes comme les pipis au lit, la constipation ou le refus d'aller à la selle sont élevés.

C'est pour ces raisons, qu'on voit retour d'une ancienne approche: l'hygiène naturelle. La technique utilisée est la suivante. Dès le premier mois de vie, le parent observe les signaux indiquant le besoin d'uriner ou de faire une selle chez son bébé. On estime que 90% des bébés démontrent ce type de signaux. Après quelques temps d'observation, le nourrisson est amené sur le pot, supporté par le parent bien sûr, lorsque ces signaux sont présents. Cette position est maintenue en attendant l'élimination. Rapidement, les bébés en viendraient à associer la position assise à l'élimination. Bien sûr, l'autonomie complète ne sera pas atteinte avant quelques années, puisque le bébé aura encore besoin de l'aide de ses parents pour se déshabiller par exemple.

Les parents qui pratiquent l'hygiène naturelle y voient plusieurs avantages. D'une part, elle permet au parent d'être plus à l'écoute des besoins de son enfant. D'autre part, la position assise rendrait l'élimination plus facile pour le bébé que lorsqu'il est sur le dos. Ensuite, le fait que les selles ne restent pas en contact avec les fesses du bébé diminuerait les cas d'irritation de la peau et d'érythème fessier. Enfin, cette méthode serait économique et environnementale.

Certains professionnels sont toutefois inquiets de ce qu'il considère comme un entraînement précoce à la propreté. En effet, suite à l'article de Brazelton, on a attribué des dysfonctions urinaires à la propreté précoce. Les partisans de l'hygiène naturelle croient toutefois que les effets rapportés par Brazelton étaient plutôt attribuables aux méthodes coercitives utilisées à l'époque. L'hygiène naturelle est au contraire une méthode douce et sensible aux besoins du bébé et ne devrait pas être confondue avec l'entraînement précoce à la propreté

En conclusion, bien que l'hygiène naturelle soit une approche très éloignée de nos normes culturelles occidentales, elle peut constituer une alternative intéressante, en particulier pour les parents pratiquant le parentage proximal. 

Tous les lundis, je réponds à une question des lecteurs sur la périnatalité. Il y a quelque chose que vous auriez toujours aimé savoir concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement ou le maternage? Écrivez-moi à info@mamaneprouvette.com et je tenterai de trouver la réponse.

Références:
Rugolotto S, Sun M, Ball T, Boucke L, de Vries M. (2007) A surging new interest on toilet training started during the first months of age in Western countries. Tech Coloproctol.;11(2):162-3.

Tali S, Efrat SU, Boucke L, Rugolotto S. Infant toilet training. J Pediatr (Rio J). 2009 Jan-Feb;85(1):87-8. 




8 commentaires:

  1. Après deux enfants avec qui j'ai pratiqué (et pratique encore) l'hygiène naturelle, je ne peux que me rendre compte à quel point les bébés sont dès la naissance très conscients de leurs besoins d'éliminer. Ils sont aussi capables d'une certaine maîtrise de leurs sphincters qui augmente avec l'âge. À 5 mois mon fils est capable de se retenir jusqu'à 30 min pour ne pas souiller sa couche. Il se réveille systématiquement la nuit pour uriner. D'ailleurs un mythe est qu'un bébé élimine durant son sommeil. C'est faux, les bébés vont toujours d'éveiller, même partiellement pour éliminer.

    Katel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Katel pour ce commentaire. C'est très intéressant de connaître les observations d'une mère qui pratique l'hygiène naturelle.

      Supprimer
  2. Ajoutons que Tony Brazelton a sorti son étude (qui fait encore référence aujourd'hui) 1an avant la commercialisation des premières Pampers, et qu'il a par la suite été affilié au groupe...

    RépondreSupprimer
  3. Il me semble que l'hygiène naturelle pourrait plutôt se concevoir comme une réponse au besoin (d'élimination), de la même manière qu'on répond au besoin de nourriture, au besoin de sommeil.
    Il est vrai que la plupart des personnes sceptiques voire hostiles à cette façon d'être (plutôt que méthode) imaginent l'hygiène naturelle comme une méthode pour rendre propre plus tôt les enfants.

    On est sur deux façons de voir le monde différentes et plutôt éloignées, avec chacune des avantages et des inconvénients. Tout dépend où l'on place ses priorités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hygiène naturelle semble en effet faire partie d'une philosophie globale et pas seulement d'une méthode d'apprentissage de la propreté.

      Supprimer
    2. Je vais vous dire que je suis plutôt sceptique... et avouons-le, la ligne est assez mince entre ce que vous appeler l'hygiène naturelle et le "conditionnement" à être propre. Je pense qu'une partie des parents peuvent ne pas faire la différence entre les deux. Je travaille en garderie, et j'avoue que je suis mal à l'aise face à une telle demande d'un parent n'a que 9 mois... je me demande ce que l'enfant comprend dans tout cela!!!

      Supprimer
    3. Vous avez raison que l'attitude du parent est importante pour faire la différence entre les deux. En théorie, les partisans de l'hygiène naturelle sont très à l'écoute des signaux de leur enfant et devraient donc ajuster leur approche si l'enfant n'est pas bien dans le processus. Comme une autre lectrice le soulignait, si des parents choisissent l'hygiène naturelle, cela ne devrait pas être dans le but de rendre son enfant propre plus rapidement.

      Supprimer
  4. Un an déjà ... Et bien un an plus tard je peux vous dire que je n'ai jamais regretté d'avoir mis en place l'HNI avec mon fils... Bien sur à notre niveau... Car dans une société occidentale avec des parents qui travaillent ce n'est pas évident...
    Bien sur il porte beaucoup de couches (lavables) mais nous le changeons énormément et lui proposons d'éliminer dès qu'il se manifeste.
    Cet été il est resté pas mal tout nu, et depuis plusieurs mois il vient nous chercher pour aller sur le pot...
    En conclusion l'HNI nous a permis de mieux comprendre notre enfant, d'écouter ses besoins et ça, ça vaut de l'or...
    Article sur l'HNI lu sur slate.fr
    http://www.slate.fr/life/78356/bebe-couche-hygiene-naturelle-infantile

    RépondreSupprimer