20 juin 2012

Les bébés allaités ont-ils réellement besoin de vitamine D?

Il est connu que les bébés allaités exclusivement sont plus à risque de développer une déficience en vitamine D s'ils ne reçoivent pas un supplément et s'ils sont peu exposés au soleil. En effet, le lait maternel contient peu de vitamine D et le soleil est nécessaire pour que le corps puisse en produire lui-même. (Un billet précédent pour en savoir plus sur la vitamine D)

On ignore toutefois à partir de quelle durée d'exposition au soleil les suppléments deviennent superflus pour les bébés.

Des chercheurs ont donc analysé l'apport en vitamine D provenant de l'alimentation de même que la production de cette vitamine suite à l'exposition au soleil pendant la première année de vie d'un bébé allaité.

Il faut d'abord noter que dans cette étude, moins de 20 % des bébés allaités recevaient un supplément de vitamine D. Les chercheurs ont aussi remarqué qu'à l'âge de 4 semaines, 18 % des bébés avaient une déficience sévère en vitamine D et 77 % une déficience modérée.

Par ailleurs, à l'âge de 6 mois, les bébés nés en hiver ou au printemps étaient moins à risque d'être déficients en vitamine D, tout comme ceux qui avaient connu une plus courte durée d'allaitement exclusif.

Ces résultats s'expliquent facilement. D'une part, le fait de naître en hiver ou au printemps signifie que le bébé aura 6 mois pendant les mois d'été, une période plus ensoleillée et donc plus propice à la production de vitamine D. D'autre part, puisque l'étude a été faite dans une population de bébés ne recevant pas de suppléments, l'introduction de préparations commerciales pour nourrisson (automatiquement supplémentées en vitamine D) permet de combler une partie des besoins du nourrisson.

Il faut toutefois être prudent dans l'interprétation de ces résultats. Il serait en effet faux de conclure que l'allaitement exclusif est dangereux pour le statut en vitamine D d'un bébé. En fait, cette recherche ne fait que mettre en évidence l'importance de la supplémentation en vitamine D des bébés allaités qui sont peu exposés au soleil.

Enfin, à l'âge d'un an, les bébés étaient tous beaucoup plus exposés au soleil et, conséquemment, seulement 12 % des bébés avaient toujours une carence en vitamine D.

En conclusion, les très jeunes bébés allaités exclusivement, puisqu'ils sont en général peu exposés au soleil, sont plus à risque d'être carencés en vitamine D. L'utilisation d'un supplément est donc recommandable dans ces cas. Par contre, à mesure que l'enfant grandi et est davantage exposé au soleil, les suppléments de vitamine D ne sont plus aussi essentiels.

Référence:
Adekunle Dawodu, Lauren Zalla, Jessica G. Woo, Patricia M. Herbers, Barbara S. Davidson, James E. Heubi and Ardythe L. Morrow. (2012) Heightened attention to supplementation is needed to improve the vitamin D status of breastfeeding mothers and infants when sunshine exposure is restricted. Maternal & Child Nutrition. Article first published online: 19 JUN 2012.


3 commentaires:

  1. Intéressant et important billet! Y aurait-il aussi un lien avec la déficience en vitamine D des mères qui allaitent? Ou peut-être que même si la femme n'est pas en carence, il y a peu de vitamine D qui passe dans le lait? Merci!

    RépondreSupprimer
  2. En effet, si la mère est elle-même déficiente en vitamine D, le bébé ne pourra pas se constituer de bonnes réserves pendant la grossesse et les quantités dans le lait maternel seront minimes.
    Certaines personnes suggèrent de donner des suppléments à la mère plutôt qu'au bébé. Mais, malgré tout,le passage de la vitamine D dans le lait maternel est plutôt faible et il faut donner à la mère des doses très importantes pour voir un effet.
    Il semble donc que les bébés ont vraiment évolué à une époque où l'exposition au soleil n'était pas problématique et qu'ils s'attendent toujours aujourd'hui à synthétiser eux-même la vitamine D plutôt qu'à la recevoir via l'alimentation.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Kathleen! Il nous faudrait maintenant des études sur la supplémentation de vitamine D pour bébé (s'il n'y en a pas/peu)... chez les adultes les niveaux recommandés sont en évolution et puis-je même dire en contestation par différents groupes. On commence même à parler de vitamine D pour prévenir la pré-éclampsie/l'éclampsie!

    Merci encore pour tes super billets!

    RépondreSupprimer