4 avril 2012

Le mythe du bébé intolérant au lactose


Depuis quelques années, on entend de plus en plus de cas de bébés "intolérants au lactose". Pourtant l'intolérance réelle au lactose est un phénomène très rare.  Faisons donc le point sur une question confuse dans l'esprit de bien des gens.

Tout d'abord, mentionnons que le lactose est le sucre principal du lait. Alors, qu'est-ce que l’intolérance au lactose? Il s'agit en fait d'une réaction qui se produit lorsqu’il n’y a pas assez de lactase (l’enzyme responsable de digérer le lactose) dans l’intestin pour digérer tout le lactose.  Il en existe quatre types.

Premièrement, il y a la déficience primaire en lactase. Il s’agit de l’intolérance la plus commune et elle se produit chez environ 70% des adultes dans le monde.  Elle est due à la diminution de la lactase à partir de l’âge du sevrage. Ce type d’intolérance n’affecte donc pas les jeunes bébés. En effet, l'expression de la lactase ne diminue que vers l'âge de 2 ans et les symptômes de l'intolérance au lactose ne seraient pas présents chez les enfants de moins de 6 ans.

Deuxièmement, il y a la déficience en lactase congénitale. Cette déficience est très rare et habituellement diagnostiquée dès la naissance. On ne connaît pas la fréquence exacte de la déficience en lactase congénitale mais en Finlande où cela est plus courant, on parle d’un nouveau-né sur 60 000. Comme les enfants souffrant de galactosémie, les bébés atteints de déficience en lactase congénitale ne peuvent pas être allaités. En effet, il est impossible d’éliminer le lactose du lait maternel même en éliminant les produits laitiers puisqu’il est produit par le corps de la mère via les cellules épithéliales de la glande mammaire. 

Ensuite, on peut parler de la déficience en lactase développementale. Cette déficience est temporaire et touche les bébés nés avant 34 semaines de gestation qui ne produisent pas encore de lactase. Cette intolérance ne touche donc que les bébés prématurés.

Enfin, certains bébés peuvent souffrir de déficience en lactase secondaire. Cette condition est aussi temporaire puisqu'elle est associée à une diminution de lactase lorsque la paroi de l’intestin est endommagée par une gastroentérite par exemple ou lors de la maladie coeliaque. Une fois que la cause de l'irritation est soignée, l'intolérance disparaît.

Alors, pourquoi suggère-t-on de couper les produits laitiers à certaines mères allaitantes? En effet, si un bébé réagit à quelque chose dans le lait de sa mère, le coupable le plus fréquemment pointé du doigt est le lait de vache. Toutefois, l'intolérance au lait de vache est généralement causée par une allergie aux protéines du lait de vache et non pas à une déficience en lactase.  On estime qu’environ 5 % des enfants présenteront une intolérance aux protéines du lait de vache pendant leur première année de vie.  Dans ces cas, la mère doit éliminer les produits laitiers de son alimentation pour régler le problème.

En conclusion, lorsqu'un bébé réagit mal aux produits laitiers consommés par sa mère, le coupable est vraisemblablement les protéines et non pas le fameux lactose.

Références:
Mohrbacher, N. (2010) Breastfeeding Answers Made Simple. Amarillo: Hale.

Riordan, J., & Wambach, K. (2010). Breastfeeding and Human Lactation (4th ed.). Sudbury: Jones and Bartlett.

Publishing.eMedicine: http://emedicine.medscape.com/article/930971-overview

Genetics Home Reference: http://ghr.nlm.nih.gov/condition/lactose-intolerance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire