2 août 2013

Faut-il éviter de concevoir un enfant en mai?

Est-ce que certains mois de l'année sont à éviter lorsque vient le temps de concevoir un enfant? C'est ce que semble indiquer une étude réalisée aux États-Unis qui avait pour but de déterminer l'impact du moment de la fécondation sur le déroulement de la grossesse.

Le mois de mai - Les très riches heures du duc de Berry
L'étude de 1 435 213 enfants nés de 647 050 mères différentes a permis de déterminer que les bébés conçus au mois de mai ont 10 fois plus de risques de naître prématurément. Au contraire, les bébés conçus pendant les mois d'été s'en sortent mieux et pèsent même 8 à 9 g de plus que les autres nourrissons.

D'après les chercheurs, le phénomène s'expliquerait par les variations annuelles dans la fréquence de certaines maladies. Ainsi, les bébés conçus en mai sont presqu'à terme en janvier et en février. Cependant, ces deux mois correspondent à la période de l'influenza, une infection connue pour causer des naissances prématurées.

Si les résultats de cette étude vont dans le même sens qu'une autre réalisée au Japon en 1992, le sujet demeure controversé. En effet, plusieurs autres études sont arrivées à des résultats contradictoires certaines allant même jusqu'à conclure qu'il n'y avait pas d'effet des saisons sur la fréquence des naissances prématurés.

En fait, le principal problème dans ce type d'étude est la présence d'un nombre important d'autres facteurs pouvant influencer la fréquence des naissances prématurées, ce qu'on appelle les facteurs confondants.

Par exemple, il semble y avoir de nombreuses différences selon le pays où l'étude a été réalisée. En effet, le mode de vie et la disponibilité de la nourriture varient selon la région du monde et ces facteurs peuvent affecter grandement le déroulement de la grossesse. Au sein d'un même état, les différents statuts économiques et même les origines ethniques peuvent fausser les résultats.

S'il peut sembler logique que la grossesse soit influencée par les saisons, il ne faut donc pas oublier que nous vivons maintenant dans un environnement où l'effet de la nature est constamment balancé par la technologie. Il est donc peut-être préférable de suivre son coeur plutôt que les saisons lorsque vient le temps de penser à faire un enfant.

Pour en savoir plus sur les saisons et la conception:
Le soleil, la lune et les bébés: l'influence des rythmes circadiens sur la fertilité


Références:
Currie J, Schwandt H. (2013) Within-mother analysis of seasonal patterns in health at birth. Proc Natl Acad Sci U S A. 2013 Jul 23;110(30):12265-70. doi: 10.1073/pnas.1307582110. Epub 2013 Jul 8.

Lee SJ, Steer PJ, Filippi V. (2006) Seasonal patterns and preterm birth: a systematic review of the literature and an analysis in a London-based cohort. BJOG. 113(11):1280-8.

Matsuda S, Kahyo H. (1992) Seasonality of preterm births in Japan. Int J Epidemiol. 1992 Feb;21(1):91-100.

Miranda ML, Anthopolos R, Edwards SE. (2011) Seasonality of poor pregnancy outcomes in North Carolina. N C Med J. 2011 Nov-Dec;72(6):447-53.

Singh, Anoopa. (2013) Newborn Health Could Depend On Month Of Conception, Not Of Birth. Medical Daily.

Wolf J, Armstrong B. (2012) The association of season and temperature with adverse pregnancy outcome in two German states, a time-series analysis. PLoS One. 2012;7(7):e40228. doi: 10.1371/journal.pone.0040228. Epub 2012 Jul 6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire